Le ministre de l’Agriculture du Québec, André Lamontagne, défend la décision de congédier le lanceur d’alerte qui a transmis des documents aux journalistes pour dénoncer l’influence des entreprises privées sur les résultats des recherches scientifiques dans les laboratoires du secteur public. Crédit : (Radio-Canada)

Lanceur d’alerte congédié au Québec : le ministre de l’Agriculture n’aurait pas voulu interférer dans ce dossier

Share

Le lanceur d’alerte Louis Robert a été congédié par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ). On lui reproche d’avoir transmis des documents confidentiels aux médias pour dénoncer l’ingérence du secteur privé dans les recherches scientifiques sur les pesticides. Le ministre André Lamontagne a réagi à la controverse soulevée par ce congédiement, soutenant qu’il n’a pas voulu s’immiscer dans un dossier qui existait déjà à son arrivée et qu’il a fait confiance à l’équipe d’enquêteurs.

RCI avec Radio-Canada et Facebook

Indépendance et transparence du processus?

Malgré le malaise causé par le congédiement de Louis Robert, le MAPAQ persiste sur le fait que sa position est tout à fait en harmonie avec la volonté ultime de l’équipe d’enquêteurs.

André Lamontagne affirme qu’il n’a pas voulu influer sur l’enquête ouverte à la demande du précédent gouvernement libéral.

Les objectifs de l’enquête étaient d’identifier et de sanctionner celui qui avait transmis les documents à Radio-Canada dans le but de tenir les médias au courant de l’ingérence du secteur privé dans les recherches publiques sur les pesticides.

Sur la page Facebook de M. Lamontagne, on peut lire ceci:

Depuis mon arrivée au ministère, on m’a informé des faits suivants :

• que des employés du ministère avaient fait l’objet d’une enquête par des inspecteurs indépendants portant sur la fuite d’un document confidentiel et qu’un rapport à cet égard avait été remis au MAPAQ;

• que des rencontres entre les employés concernés par cette enquête et l’administration du MAPAQ avaient eu lieu, en présence de représentants syndicaux et en tout respect des conventions collectives, afin de discuter des conclusions du rapport d’enquête;

• qu’à la lumière du rapport d’enquête et des échanges ayant eu lieu lors des rencontres avec les employés, une décision sur les sanctions appropriées serait prise en début d’année par l’administration du MAPAQ.

On voit M. Robert dans un trou creusé dans le champ. Il s'adresse au groupe qui se tient près du trou.

Louis Robert, agronome au MAPAQ et spécialiste des sols, s’adresse à un groupe lors de la journée « Caravane des sols » du 12 juillet 2018 à la ferme de Martin Berger, de Saint-Aimé, près de Sorel. Photo : Radio-Canada

Plus qu’un fait reproché au lanceur d’alerte?

La décision de licencier Louis Robert a semé la controverse au ministère de l’Agriculture et alimenté différentes chroniques dans les médias, les journalistes s’interrogeant sur la protection dont les lanceurs d’alerte devraient bénéficier au sein de la société, surtout de la part du gouvernement.

L’Union des producteurs agricoles (UPA) de Rouville a envoyé une lettre au ministre de l’Agriculture André Lamontagne, dans laquelle elle fait part de ses inquiétudes concernant cette affaire.

Le ministre de l’Agriculture aurait-il pu aller à l’encontre de la décision de l’équipe d’enquêteurs en rejetant purement et simplement l’option de renvoyer Louis Robert?

Ses propos face à la presse et dans les médias sociaux, jeudi, laissent croire que non. M. Lamontagne a soutenu qu’il n’a fait que suivre les recommandations formulées dans le rapport d’enquête, et que sa décision « n’est certainement pas un désaveu envers les lanceurs d’alerte ».

La semaine dernière, j’ai été informé par la direction du MAPAQ de la décision de congédier l’employé en question. À la lueur des faits qui m’ont été présentés, j’ai accordé toute ma confiance aux gestionnaires du ministère. En aucun temps je n’ai moi-même demandé le congédiement de l’employé. Je ne peux préciser les détails du dossier de l’employé concerné. Je mentionne par contre, qu’en tant qu’ancien employeur moi-même, la décision de congédier un employé n’est pas quelque chose que je prends à la légère […] Depuis mon arrivée à la tête du MAPAQ, j’ai constaté qu’ils sont d’une grande compétence, ils ont toute ma confiance. Je rappelle et j’insiste sur le fait que cette décision n’est en aucun cas une mesure de représailles contre un lanceur d’alerte. André Lamontagne, ministre de l'Agriculture du Québec

Par ailleurs, le ministre de l’Agriculture aurait soutenu qu’il n’était pas seulement reproché à Louis Robert le fait d’avoir fourni des documents aux médias. Il y aurait un deuxième grief que le ministère n’a pas encore divulgué. Radio-Canada rapporte que le syndicat a formellement démenti l’existence d’une deuxième faute imputée au lanceur d’alerte.

Share
Mots-clés : , , , , ,
Publié dans : Politique, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*