Image: Keystone

Une cinquantaine d’experts médicaux dénoncent la surmédication au Ritalin chez les jeunes Québécois

Share

Près de 50 pédiatres et autres spécialistes du Québec tirent la sonnette d’alarme et dénoncent une tendance inquiétante qu’il juge très problématique : la surmédication chez les enfants pour combattre les troubles de déficit de l’attention ou d’hyperactivité.

Photo : IStock

Cette dénonciation prend la forme d’une lettre ouverte publiée dans le Journal de Montréal et signée par 48 experts médicaux, dont 45 pédiatres.

Selon eux, médecins de famille, pédiatres, psychiatres et parents doivent tous examiner les raisons pour lesquelles il est devenu courant au Québec de se tourner si rapidement vers les médicaments pour traiter le Trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH).

Ils citent les données de l’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS). Elles montrent que le pourcentage d’enfants de tous les groupes d’âge à qui l’on a prescrit des médicaments comme le Ritalin a augmenté sans cesse depuis 2006-2007.

Dans le cas des 13-17 ans, le nombre d’enfants à qui l’on administre ce type de drogue a presque triplé, tandis qu’au sein des jeunes adultes de 18-25 ans, leur pourcentage est passé de 0,4 % à 3,2 % entre 2006 et 2015. Commercialisés depuis 1996, les comprimés de Ritalin possèdent une composition chimique semblable aux amphétamines.

Près d'un enfant sur 7
Les chiffres de l’INESS montrent qu’en 2014-2015, 14 % des enfants de 10 à 12 ans se sont vu prescrire un médicament pour le TDAH.

Un problème de société québécoise et non canadienne?

Photo : Google

Les experts ajoutent que les données sont particulièrement troublantes par rapport avec ce qui se passe ailleurs au Canada. Au Québec, les responsables de la santé prescrivent aux enfants et aux jeunes adultes des médicaments pour le TDAH trois fois plus fréquemment.

« Nous demandons impérativement à tous ceux concernés, et au fond n’est-ce pas toute la société qui est concernée, de faire un sérieux examen de conscience et de se questionner pour savoir pourquoi tant de jeunes présentent des symptômes d’inattention, d’hyperactivité, d’impulsivité et d’anxiété, au point d’être traités avec des médicaments psychotropes aussi souvent », disent-ils.

Les experts s’interrogent donc sur le manque de patience ou de tolérance de la société québécoise face à des enfants indisciplinés ou un peu trop actifs. Selon eux, les jeunes du reste du Canada jouent aux mêmes jeux vidéo et vivent les mêmes soucis.

Le groupe d’experts précise dans sa lettre publiée dans le Journal de Montréal que « même s’il a été clairement démontré que le traitement médicamenteux est efficace à court terme, il reste que ce n’est pas nécessairement le cas à long terme. Les données de l’étude intitulée Multimodal Treatment of Attention Deficit Hyperactivity6 Disorder Study, appelée étude MTA, qui a évalué un traitement multimodal combinant un médicament et une approche comportementale, ont remis en question leur efficacité à long terme, mais ont aussi émis des réserves sur l’effet négatif potentiel sur la croissance».

DÉCOUVREZ : Santé mentale des tout-petits : réduire l’anxiété et la dépression

Deux jeunes enfants s’initient à l’écriture.

RCI avec La Presse canadienne et la contribution de Radio-Canada

En complément

Les opioïdes ont tué 4000 personnes au Canada en 2017 : Santé Canada appelle les étudiants à la prudence – RCI 

Retour en classe : les Québécois estiment insuffisante l’aide aux élèves en difficulté – RCI 

Les pilules du « dopage » scolaire? – RCI 

Share
Mots-clés : , , , , , , , , , ,
Publié dans : Santé, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*