Changements climatiques. Photo : iStock

Lutte contre les changements climatiques : le cri du cœur des professionnels de la santé aux partis politiques fédéraux

Share

Des regroupements de professionnels de la santé publique au Canada se mobilisent pour inciter les élus fédéraux à prendre des mesures plus concrètes pour lutter contre les changements climatiques et préserver la santé de la population.

Une mobilisation tous azimuts pour donner un signal fort

Ils ont pris le chemin de la colline du Parlement à Ottawa pour présenter leurs préoccupations, ainsi que leurs attentes, en ce qui a trait à la lutte contre les changements climatiques.

« Ensemble, des représentants de l’Association canadienne des médecins pour l’environnement (ACME), de l’Association médicale canadienne (AMC), de l’Association des infirmières et infirmiers du Canada (AIIC), de l’Association canadienne de santé publique (ACSP) et du Réseau pour la santé publique urbain (UPHN) demandent aux partis fédéraux de reconnaître que les changements climatiques constituent le plus grand défi de santé publique du 21e siècle et de faire des solutions climatiques une priorité aux élections fédérales de 2019. »

Ils tirent la sonnette d’alarme sur les effets des changements climatiques sur la santé physique et mentale de la population canadienne, et ils exigent des élus de tous les partis politiques qu’ils envisagent des actions immédiates pour dynamiser la lutte contre les changements climatiques partout au Canada.

Il y va de l’intérêt non seulement de la population, mais aussi du mieux-être de la planète et du système de santé publique qui pourra réaliser des économies substantielles.

Fiona Hanley est infirmière et enseignante au Collège Dawson à Montréal. Elle prend la parole au nom de l’AIIC pour présenter le plan d’action du groupe des professionnels de la santé aux partis politiques fédéraux.

Fiona Hanley Crédit : F. Hanley

« Les effets immédiats des changements climatiques sur la santé sont devenus plus réels pour de nombreux Canadiens à l’été de 2018 alors que le pays a connu des canicules, d’immenses feux de forêt et des niveaux dangereux de pollution de l’air lorsque la fumée a envahi les collectivités. L’élimination progressive des centrales thermiques au charbon, la transition vers une alimentation à forte teneur végétarienne et le virage des moyens de transport personnel vers des options plus actives rendront notre air plus pur. Ainsi, nos enfants seront en meilleure santé, nos taux de maladies chroniques fléchiront et nos collectivités seront plus dynamiques. »

Écoutez
Le plan d'action des professionnels de la santé demande à tous les partis fédéraux de s'engager à :

élaborer des plans d’action efficaces et fondés sur des données probantes démontrant comment le Canada atteindra les réductions d’émissions nécessaires pour maintenir le réchauffement de la planète en deçà de 1,5 degré Celsius tout en accordant la priorité à la santé;

Un résident de Rigaud transporte ses effets personnels le 7 mai 2017.

Selon les climatologues, les conditions météorologiques extrêmes, dont les inondations, deviendront plus courantes à mesure que les températures se réchaufferont. Photo : Reuters / Christinne Muschi

créer et financer les politiques et les programmes nécessaires à la transition des agriculteurs, des travailleurs du secteur des combustibles fossiles et de leurs collectivités vers une économie à faibles émissions de carbone;

fournir le financement et la coordination nécessaires pour assurer la résilience des établissements de soins de santé, des unités de santé publique et des collectivités, les aider à se préparer aux changements climatiques en cours et leur donner la capacité de minimiser l’impact des changements climatiques sur la santé physique et mentale de la population canadienne.

Où en est la stratégie fédérale de lutte contre les changements climatiques?

En décembre l’année dernière, le gouvernement fédéral a produit une version provisoire de sa Stratégie en matière de durabilité de l’environnement 2019-2022. Elle établit des objectifs et des cibles et définit les mesures que prendront 42 ministères et organismes dans l’ensemble du gouvernement afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre produites par leurs activités et de faire progresser le développement durable au Canada.

Selon le rapport d’étape, le gouvernement fédéral serait en voie de respecter certains de ses engagements, en ce qui a trait notamment à l’élimination des déchets plastiques ainsi qu’à la prise de mesures pour assurer la conservation des aires marines et pour lutter contre les changements climatiques.

Malgré cela, Ottawa est loin de respecter sa cible de réduction des émissions de gaz à effet de serre de 2020, a déploré la commissaire fédérale à l’environnement et au développement durable l’année dernière. Dans un rapport déposé à la Chambre des communes, Julie Gelfand a notamment ressorti des « lacunes » en ce qui a trait aux plans de lutte contre les changements climatiques de certaines provinces et du fédéral.

À l’automne de 2018, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a publié un rapport décrivant les effets dévastateurs pour la santé qui résulteraient d’une hausse de 2 degrés de la température de la planète, mettant en danger des centaines de millions de personnes en raison de la pauvreté liée au climat.

Les environnementalistes redoutent une fin de siècle catastrophique à cause de l’intensification des changements climatiques. Photo: Radio-Canada

Pour éviter que le réchauffement de la planète n’atteigne 2 degrés, le GIEC a conclu que la communauté mondiale doit réduire les émissions qui nuisent au climat de 45 % d’ici 2030, pour atteindre la neutralité d’ici 2050.

Comme la commissaire fédérale à l’environnement, les professionnels de la santé au Canada constatent que les cibles courantes du pays ne représentent pas sa juste part de cette réduction, et les prévisions actuelles montrent que le Canada n’est pas en voie d’atteindre ses propres cibles.

RCI avec des informations de différents regroupements de professionnels de la santé, du gouvernement fédéral et de Radio-Canada
Share
Mots-clés : , , , , , , , , , , , ,
Publié dans : Environnement, Santé

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*