Isabelle Charest, ministre de la Condition féminine du Québec. Crédit: Radio-Canada

« Le hijab est un symbole d’oppression » : une goutte de trop dans le vase débordant de la Coalition avenir Québec?

Share

La déclaration de la ministre québécoise de la Condition féminine, Isabelle Charest, crée un tollé au sein de la classe politique.

Une prise de position personnelle que soutient Legault

À peine 24 h après son entrée en fonction, la nouvelle ministre se trouve sous le feu de la critique de l’opposition à cause d’une déclaration personnelle au sujet du port du hijab par les femmes musulmanes.

Après avoir affirmé la veille que le hijab ne « faisait pas partie de ses valeurs personnelles », Mme Charest a ajouté mardi que « le hijab est un signe d’oppression si les femmes sont obligées de le porter ».

En plus, la ministre a soutenu que « tous les signes dictés par la religion sont des symboles d’oppression ».

« Pour les femmes qui doivent le porter, qui se font dicter par la religion si elles doivent porter le voile, pour moi, c’est un signe d’oppression […] Maintenant, je sais qu’il y a des femmes qui choisissent de le porter. C’est leur choix et je le respecte pleinement », a affirmé Isabelle Charest.

Cette déclaration est venue ajouter au malaise ambiant au sein de la Coalition avenir Québec (CAQ). Un malaise créé d’une part par la décision du ministre de l’Agriculture de congédier un lanceur d’alerte qui a dénoncé l’interférence des firmes privées de pesticides dans les recherches financées par le secteur public, en transmettant notamment des documents confidentiels aux journalistes. D’autre part, par la demande récente du ministère de l’Éducation aux commissions scolaires de « fournir » ou de « vérifier l’existence » de données chiffrées sur leur personnel portant des signes religieux.

Pris entre plusieurs feux, le premier ministre François Legault se trouve dans l’obligation de s’expliquer chaque fois, comme il l’a fait aujourd’hui en soutien à sa nouvelle ministre de la Condition féminine.

« Je ne commencerai pas à empêcher qu’un ministre puisse donner son opinion personnelle sur un sujet », a déclaré François Legault.

Une femme portant un hijab dans un laboratoire, à Kuala Lumpur, en Malaisie. Crédit : Istock

De quoi alimenter les attaques et les critiques de l’opposition

La déclaration de la ministre Charest, appuyée par celle de son chef, a entraîné de nombreuses réactions au sein de l’opposition.

À l’unanimité, les représentants des partis ont relevé qu’une ministre devrait éviter de donner son opinion personnelle lorsqu’elle parle au nom d’un gouvernement qui représente la population québécoise.

Gabriel Nadeau-Dubois, de Québec solidaire, a dénoncé une « déclaration maladroite sur un sujet qui divise la population », de la part d’une personnalité qui devrait plutôt chercher à rassembler.

Le libéral Gaétan Barrette a perçu dans cette déclaration « une atteinte à la laïcité de l’État », étant donné qu’elle se fonde sur les valeurs religieuses catholiques de la ministre.

Dans le même sens, la présidente de la fondation Parole de femmes, Amel Zaazaa, a soutenu qu’il est « irresponsable » que la ministre de la Condition féminine mette de l’avant les valeurs de sa propre religion pour dénoncer le port du hijab par les femmes musulmanes.

La mairesse de Montréal Valérie Plante a soutenu pour sa part que « l’émancipation de la femme passe par sa capacité à avoir un travail et un salaire équitable, avant l’enjeu vestimentaire ».

Cette polarisation des opinions en dit long sur la tournure qu’est susceptible de prendre le débat actuel sur la question de l’interdiction du port de signes religieux par les employés de l’État en position d’autorité, dont les enseignants, et qui est soutenue par le gouvernement caquiste qui va déposer bientôt un projet de loi à ce sujet.

RCI avec Radio-Canada

Lire aussi :

La CAQ relance le débat sur le port de signes religieux

Share
Mots-clés : , , , , , , ,
Publié dans : Politique, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «« Le hijab est un symbole d’oppression » : une goutte de trop dans le vase débordant de la Coalition avenir Québec?»
  1. Claudius Parent dit :

    S’agit-il vraiment de liberté? Et peut-on dire que celles-là sont vraiment libres lors qu’elles n’ont pas vraiment le choix? C’est plus fort qu’elles puisque cela est lié à un conditionnement, à la pression du milieu, ou autre. Si elles avaient vraiment le choix, ça voudrait dire qu’elles peuvent porter le voile ou non, LIBREMENT. Oseraient-elles ne pas le porter? Le voile (la kippa, le turban, etc.) est le reflet d’un endoctrinement…