Crédit: Yao Assogba

Le parcours narré d’un québécois qui s’épanche sur deux mondes

Share

Yao Assogba, auteur et ancien professeur de sociologie à l’Université du Québec en Outaouais, convie les lecteurs à la découverte de son ouvrage autobiographique intitulé Des collines d’Atakpamé aux collines de la Gatineau – Le parcours d’un enfant ifè.

Nostalgique des hautes terres qui l’ont vu naître?

Son récit prend plusieurs tournures en fonction de l’angle sous lequel il veut bien le décliner.

L’auteur, qui a reçu le titre de professeur émérite au terme d’une carrière bien remplie à l’UQO, apparaît tantôt nostalgique, tantôt fier.

Nostalgique des collines qui l’ont vu naître à Atakpamé, ville togolaise prospère, 5e en importance au pays, avec ses plus de 80 000 habitants.

Nostalgique des années 1970 où il a posé ses valises au Québec pour commencer une nouvelle vie.

Yao Assogba : professeur émérite, Université du Québec en Outaouais. Crédit : Yao Assogba

Son ouvrage est un condensé de ses expériences multiples dans son pays d’accueil, où il tente de comparer les collines de la région de Gatineau où il vit une retraite paisible, à celles de son pays natal. Il y a forcément des similitudes, étant donné qu’il s’agit avant tout de collines, mais il y a aussi des disparités, selon qu’elles peuvent être souvent recouvertes ou non de neige ou de verglas, en fonction des saisons.

Pendant près de cinq décennies, l’ancien étudiant de l’Université Laval a vécu plusieurs tempêtes de neige, différents moments politiques, économiques et sociaux majeurs au sein de la société québécoise et canadienne.

Certaines des expériences sont très positives, d’autres le sont moins. Le chemin de Yao Assogba a croisé ceux de plusieurs familles québécoises accueillantes pour l’immigrant déboussolé qu’il a été à son arrivée au Canada.

Grâce à leur appui, il a pu trouver ses repères et réussir son insertion socioprofessionnelle. Malgré cela, il n’oublie pas de mentionner les difficultés qui ont été les siennes, et qui sont communes aux immigrants qui ont toujours du mal à occuper un emploi à la hauteur de leurs qualifications et de leurs compétences.

C’est pourquoi, dans son livre, il donne quelques clés aux nouveaux arrivants pour les éclairer sur le chemin long et souvent parsemé d’embûches qui mène vers une vie et une carrière réussies.

Écoutez

Crédit : Yao Assogba

Redonner à sa société d’accueil : au-delà de la volonté, un devoir de mémoire

L’enseignant et chroniqueur, qui a diversement contribué à l’enrichissement de la société québécoise et canadienne, continue d’y apporter son expertise. Malgré la retraite au bout de 27 ans de carrière, il est engagé dans la prévention du suicide chez les jeunes.

Cet engagement s’inscrit évidemment au chapitre des expériences positives, dont Yao Assogba est fier, mais il ne perd pas de vue l’épisode douloureux qui en constitue le socle.

En 2000, son fils de 18 ans s’est enlevé la vie, malgré les aides multiples des instances sociales pour essayer de le mettre à l’abri. Depuis, la famille a mis en place la Fondation Lani, en mémoire de cet enfant, et c’est par l’entremise de cette fondation que le combat contre le suicide des jeunes est mené.

L’argent issu de la vente de l’ouvrage sera entièrement dédié à cette cause.

Une soirée d’échanges avec l’auteur est prévue le 21 février au Centre Afrika à Montréal. Ce sera l’occasion d’aborder plusieurs problématiques propres aux communautés africaines de différentes générations au Québec, mais aussi le lieu de questionnement sur le sens à donner à l’engagement de l’intellectuel en exil pour une société inclusive.

Le public pourra également avoir accès à l’ouvrage de Yao Assogba à l’occasion du Congrès des écrivains noirs, à la Maison d’Haïti,  à Montréal, le 10 février. Un moment de célébration, de réflexion et de commémoration soulignant le 50e anniversaire de ce Congrès lancé en 1968, autour d’une trentaine d’auteurs, d’activistes et d’artistes.

Crédit: Centre Afrika

Share
Mots-clés : , , , , , , ,
Publié dans : Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*