Le détroit de Béring, ou détroit de Behring, sépare d'environ 83 km la Sibérie orientale de l'Alaska (89 km entre le cap Dejnev, en Russie et le cap du Prince-de-Galles, en Alaska) et relie la mer de Béring, dont il est une partie, à la mer des Tchouktches. Il doit son nom au navigateur Vitus Béring (1681-1741), un explorateur danois au service de la marine russe qui a traversé le détroit durant l'été 1728. (Wikipédia)

Le détroit de Béring était-il le passage obligé des premiers humains vers les Amériques?

Share

On raconte depuis quelques générations que c’est par le détroit de Béring qu’une population importante venue d’Asie a pu s’avancer sur le territoire américain, durant la dernière grande glaciation, alors que l’eau retenue dans les glaciers avait fini par faire baisser le niveau des mers et fait apparaître un pont terrestre, la Béringie, entre la Sibérie et l’Alaska d’aujourd’hui.

La majorité des populations amérindiennes du Canada, des Algonquins du Québec aux Yaghans de la Terre de Feu, en passant par les Mayas-Kaqchiquel du Guatemala, sont issues d’une vague de migration provenant de Sibérie il y a environ 15 000 ans. Par ce chemin, l’humanité a éventuellement aussi mis le cap plus au sud jusqu’aux confins de l’Argentine et du Chili.

Les plus récentes recherches indiquent que deux autres vagues de peuplement asiatique sont survenues ultérieurement. Ces vagues sont toutefois restées cantonnées à l’Alaska, au Canada et au nord des États-Unis.

Mais cette vision du passé est de plus en plus contestée par des découvertes qui ne cessent de faire reculer dans le temps la première présence humaine sur le continent américain. Déjà, dans les années 70, on a détecté des traces de présence humaine qui remonteraient à au moins 14 500 ans à Monte Verde, dans le sud du Chili.

Plus récemment, on a découvert dans l’État américain de l’Oregon des excréments humains fossilisés, des coprolithes, qui ont aussi plus de 14 000 ans.

Découvrez ce que révèlent les plus récentes découvertes archéologiques dans cette région…

Traîneau à chiens sur la mer de Béring. Photo Credit: AP/Mark Thiessen

Nouvelle carte de migrations anciennes

Jeff Bond photographié au Yukon

Jeff Bond, géologue à la Commission géologique de Whitehorse, au Yukon, vient de produire une carte montrant à quoi ressemblait la Béringie il y a 18 000 ans, et ce sur plus de 15 000 kilomètres. Il a réalisé cette carte grâce à des données sur les fonds marins de l’Université d’Alaska Fairbanks.

« Les données bathymétriques sont la compilation la plus récente disponible, dit-il. Alors oui, c’est vraiment, je pense, la reconstruction la plus détaillée du pont terrestre qui a été réalisée à ce jour. »

À cette époque, une grande partie de la côte était couverte de glace. Mais la Béringie avec ses lacs et ses rivières était restée essentiellement exempte de glace en raison de son climat aride.

C’est la première fois que les lacs et rivières de la Béringie sont cartographiés. « Je pense que ces voies navigables seraient très importantes pour ce qui est du camping, des endroits qui auraient peut-être empêché la migration ou la dispersion des gens sur le pont terrestre. »

La Béringie (Yukon Geological Survey)

C’était un bon endroit pour traverser et s’arrêter

Cette région était aussi couverte d’une végétation abondante, et d’une faune variée de bisons, de mammouths, de chevaux et de caribous qui tous profitaient d’une abondance de nourriture.

Les scientifiques pensent que c’est la présence de tant d’animaux qui a mené les premiers groupes d’humains en provenance de l’Asie vers l’Amérique du Nord.

Si, selon Jeff Bond, les premières traces de présence humaine dans la région arctique de la Sibérie remontent à environ 35 000 ans, les gens ont commencé à se déplacer vers l’est et ont fini par traverser le pont terrestre il y a 15 000 ans, bien que des recherches récentes indiquent qu’elles auraient pu être beaucoup plus anciennes que cela.

« C’est l’histoire entre 35 000 et 15 000 ans qui est très intrigante », déclare Julie Brigham-Grette, une géologue de l’Université du Massachusetts qui a aidé Bond à créer cette carte.

Variation du niveau des eaux sur la côte ouest-canadienne il y a 15 000 ans

RCI avec la contribution de Karen McColl de CBC News et Alain Labelle et Michel C. Auger de Radio-Canada

En complément

Sur les traces des premiers Canadiens – Radio-Canada 

Le peuplement de l’Amérique, revu et corrigé? – Radio-Canada 

New map of Beringia ‘opens your imagination’ to what landscape looked like 18,000 years ago – CBC

Share
Mots-clés : , , , , , , , ,
Publié dans : Autochtones, Histoire, Immigration et Réfugiés, International

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*