Louis Robert, agronome. lanceur d'alerte congédié. Photo : Radio-Canada

Une pétition en soutien au lanceur d’alerte Louis Robert et des excuses publiques exigées du gouvernement du Québec

Share

Plusieurs exigences sont au centre de la pétition électronique lancée par le Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ). Cette pétition vise à soutenir le fonctionnaire du ministère de l’Agriculture qui a dénoncé l’intrusion de firmes privées dans les recherches financées par le secteur public au Québec, en ce qui a trait aux pesticides en lien avec la santé de la population.

M. Robert a droit à des excuses publiques!

Congédié « sans motif valable », Louis Robert est sans salaire depuis le 24 janvier. Et le syndicat soutient qu’il est de son devoir, conformément à la loi, de le défendre en tant que membre.

Le président, Richard Perron, demande des excuses de la part du gouvernement, car en plus d’avoir été injustement congédié, M. Robert a été sali par les propos du ministre André Lamontagne.

Le président du SPGQ, Richard Perron

Le président du SPGQ, Richard Perron

Il n’y aurait pas d’autres griefs dans le dossier du lanceur d’alerte en dehors du fait d’être « reconnu comme quelqu’un qui est fatigant pour les entreprises privées » qui tentent d’influencer les recherches du secteur public, a affirmé Richard Perron à Radio-Canada.

C’est de la diffamation qui a sali la réputation de M. Robert qui jouit d’habitude d’une réputation impeccable, qui est un agronome de renommée internationale qui a donné plus de 900 conférences à travers le monde. La seule chose qu’on lui reproche dans sa carrière c’est d’indisposer les multinationales.Richard Perron, président du SPGQ

M. Perron exige une compensation salariale, une réintégration de Louis Robert, ainsi qu’une révision de certains aspects de la loi sur les lanceurs d’alerte.

Écoutez

Le syndicat a mis en ligne une pétition aujourd’hui pour que la population puisse signifier son appui à Louis Robert.

Le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec, André Lamontagne, invité à présenter ses excuses au lanceur d’alerte Louis Robert. Crédit : Radio-Canada

Nécessité d’une révision de la loi

Au fédéral comme dans les provinces, il est nécessaire de revoir la loi sur la protection des lanceurs d’alerte, soutient une ancienne lanceuse d’alerte, Sylvie Therrien. Ayant tiré des leçons de son expérience personnelle, à la suite d’une dénonciation qu’elle a faite en 2002 concernant certaines pratiques condamnables au sujet de l’assurance emploi au niveau fédéral, Mme Therrien dénonce le fait que la loi ne protège pas suffisamment les lanceurs d’alerte.

« Ces derniers se retrouvent seuls, abandonnés à eux-mêmes, et doivent présenter les preuves soutenant les faits rapportés », déplore Mme Therrien.

En 2017, la loi fédérale sur la protection des lanceurs d’alerte avait déjà fait l’objet d’analyses d’un comité qui avait relevé son caractère désuet, et demandé l’inversion du fardeau de la preuve.

Très peu de plaintes tant à l’interne qu’à l’externe sont jugées fondées, et l’idée de l’intégrité de la fonction publique a tendance à l’emporter sur la crédibilité des lanceurs d’alerte.

5 % de plaintes sont jugées fondées à l’interne contre seulement 3 % à l’externe.

Au Québec, le Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement souligne que ce qui arrive à M. Louis Robert pourrait avoir une incidence négative sur les autres fonctionnaires. Ces derniers pourraient être portés à penser qu’ils doivent éviter de lancer des alertes pour garder leur emploi, quand bien même la cause serait juste, quand bien même les intérêts de la population seraient en jeu.

C’est pourquoi on devrait revoir quelques aspects de la loi sur les lanceurs d’alerte, notamment la clause sur le fardeau de la preuve qui a certes déjà été inversée, avec un rôle accru du commissariat à l’intégrité qui fait en sorte que ce fardeau ne pèse plus uniquement sur les épaules des lanceurs d’alerte. Mais, des pièges demeurent, l’inversion ne s’appliquant pas dans tous les cas.

Si la loi du Québec contient de bons éléments en ce qui a trait à la protection des lanceurs d’alerte, elle contient encore de nombreux pièges susceptibles de se refermer sur les personnes qui, comme M. Robert, divulguent des informations publiques. Au Québec, il y a une inversion du fardeau de la preuve, mais des verrous doivent encore être levés.Richard Perron

Par ailleurs, dans la province, l’article qui permet de divulguer une information en rapport avec la santé, la sécurité des personnes ou l’environnement ne devrait pas avoir un point exigeant que la personne qui lance l’alerte se rende au préalable à la police, car tous les cas ne peuvent pas être gérés de façon criminelle, a soutenu Richard Perron. Le président du syndicat est à Québec, où il présentera la pétition aux partis politiques jeudi.

RCI avec le SPGQ et Radio-Canada

À lire aussi :

Share
Mots-clés : , , , , , ,
Publié dans : Politique, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

5 comments on “Une pétition en soutien au lanceur d’alerte Louis Robert et des excuses publiques exigées du gouvernement du Québec
  1. Marc Roy dit :

    Bravo M.Louis Robert pour votre consciente et courage.

  2. Suggestion: Lorsque vous mentionnez l’existence d’une pétition en ligne, ne pourriez-vous pas y joindre un lien vers la dite pétition pour nous simplifier la vie? Par exemple, pour moi qui ai 85 ans, le monde informatisé est plutôt compliqué…
    Merci de penser à notre portion de votre auditoire…

  3. Louise Thibodeau-Gravel dit :

    Monsieur Louis Robert n’a fait que tout ce qu’un bon citoyen devrait faire pour protéger le public. Je suis tout à fait d’accord avec ce qu’il a fait. Il devrait être réintégré dans son poste immédiatement avec tous ses droits. C’est une honte de lui avoir fait perdre son travail. Le gouvernement devrait défendre le public et non les compagnies qui vendent ces produits nocifs pour la santé. Le ministère de l’agriculture est là pour défendre les gens et non pour promouvoir les produits nocifs que vendent les compagnies.

  4. Rainville Yves dit :

    reprendre son poste sans perte de salaire depuis son congédiement il nous protège contre les multinationales

  5. Rainville Yves dit :

    reprendre son poste sans perte de salaire depuis son congédiement il nous protège contre les multinationale