7ème cancer le plus fréquent chez la femme, le cancer de l’ovaire se développe généralement de façon insidieuse, sans occasionner de signe clinique particulier. De ce fait, le diagnostic est difficile et souvent tardif. Photo : Istock

Découverte de l’année selon « Québec Science » : le test de détection précoce du cancer de l’utérus ou de l’ovaire

Share

Une équipe de scientifiques de l’Université McGill, à Montréal, a l’honneur de voir ses travaux de dépistage précoce des cancers de l’utérus et de l’ovaire être reconnus par le prestigieux magazine Québec Science comme étant les plus marquants de l’année 2018.

La Dre Lucy Gilbert et le Dr Kris Jardon, du Centre universitaire de santé McGill à Montréal Photo : MUHC.CA

La Dre Lucy Gilbert et le Dr Kris Jardon, du Centre universitaire de santé McGill, ont contribué avec d’autres chercheurs à la mise au point d’un test de détection précoce de ces cancers. Cette 26e découverte scientifique de l’année est le choix des lecteurs du magazine Québec Science.

Un jury de chercheurs et de journalistes avait d’abord sélectionné les 10 découvertes scientifiques québécoises qui semblaient à leurs yeux être les plus impressionnantes.

On estime que 1500 Canadiennes ont reçu un diagnostic de cancer du col de l’utérus en 2016 et que 400 en sont mortes. On estime d’autre part que 2800 Canadiennes ont reçu un diagnostic de cancer de l’ovaire en 2017 et que 1800 en sont mortes.

Les cancers de l’utérus et de l’ovaire sont les troisièmes pour ce qui est de l’incidence et de la mortalité chez les femmes. Encore aujourd’hui, ils sont difficiles à dépister. À l’heure actuelle, il n’existe en fait aucun test de dépistage fiable pour ces cancers chez les femmes qui n’en présentent pas les symptômes. Et même lorsque ces symptômes apparaissent, ils demeurent vagues et facilitent peu le diagnostic.

Diagnostiqué à temps un cancer de l'utérus est un défi
Il est possible que le cancer du col de l’utérus ne montre aucun signe ni symptôme à ses débuts.
Mais lorsque les symptômes apparaissent, cela signifie que la tumeur s’est déjà développée dans les tissus et organes voisins. Par ailleurs, d’autres affections peuvent avoir des symptômes semblables à ceux du cancer du col de l’utérus.
Le taux de guérison n’a d’ailleurs guère bougé au cours des 25 dernières années.

Cette équipe de l’Université McGill vient de mettre au point une nouvelle méthode de dépistage du cancer féminin le plus meurtrier au Canada. Photo : The McGill Tribune

La découverte scientifique de l’année du Centre universitaire de santé McGill à Montréal

Le test de détection précoce PapSEEK, mis au point en collaboration avec des chercheurs de l’Université Johns Hopkins, est non invasif.

Il consiste en l’analyse génétique d’un prélèvement de cellules de la paroi utérine, une procédure semblable au test Pap lors d’un examen gynécologique. L’outil permet de détecter la présence de mutations dans les cellules de l’ovaire et de l’endomètre.

À ce jour, 18 gènes ont été associés aux cancers de l’utérus et de l’ovaire. Ils rendent possible le repérage des cellules anormales avant que la maladie s’aggrave.

En comparant les échantillons obtenus chez des patientes qui avaient déjà reçu un diagnostic de cancer avec ceux recueillis chez des femmes en santé, les chercheurs sont parvenus à détecter jusqu’à 93 % des cas de cancers de l’utérus et 45 % de ceux de l’ovaire, et sans aucun faux positif.

L’équipe a fait connaître ses résultats dans la revue Science Translational Medicine. Le test PapSEEK pourrait être disponible d’ici quelques années si les recherches progressent.

DÉCOUVREZ : Une sonde canadienne qui détecte le cancer en 10 secondes

L’image montre la sonde tenue par un chirurgien. La zone rouge représente la tumeur.

RCI avec La Presse canadienne et la contribution de Radio-Canada

En complément

Faire bloc contre le cancer du col de l’utérus – RCI 

Anomalies cellulaires : des tueuses silencieuses nichées sur le col de l’utérus – RCI 

Selon Santé Canada, du talc sur vos parties génitales pourrait provoquer un cancer de l’ovaire -RCI 

Share
Mots-clés : , , , , , , , , ,
Publié dans : Internet et technologies, Santé

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*