Jane Philpott Photo : PC/Sean Kilpatrick/La Presse canadienne

Les libéraux fédéraux en crise après la démission de l’ex-présidente du Conseil du Trésor du Canada Jane Philpott?

Share

Une troisième démission a été enregistrée lundi dans l’affaire SNC-Lavalin qui secoue le gouvernement libéral, à Ottawa, depuis trois semaines. Dans sa lettre de démission, Jane Philpott, jusque-là présidente du Conseil du Trésor, affirme qu’elle a « perdu confiance dans la façon dont le gouvernement a géré ce dossier et dans la façon dont il a répondu aux enjeux soulevés ».

« Les inquiétudes de cette nature doivent être prises au sérieux »
Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Le premier ministre Justin Trudeau (La Presse canadienne/Justin Tang)

Pris dans un tourbillon inattendu, le premier ministre du Canada et son cabinet se mobilisent pour faire face à la situation. Justin Trudeau a dû annuler des activités prévues à Regina, en Saskatchewan, mardi, pour retrouver les siens à Ottawa afin de réfléchir ensemble sur la stratégie susceptible de sortir le Parti libéral de la crise, à quelques mois seulement des élections générales.

Le premier ministre est conscient que la démission de Mme Philpott et les propos contenus dans sa lettre publiée sur les médias sociaux soulèvent des « inquiétudes qui doivent être prises au sérieux ».

Le gouvernement croyait avoir calmé la situation à la suite des réticences de Mme Philpott en ce qui a trait à la façon dont le dossier SNC-Lavalin avait été traité.

Dans sa lettre de démission, elle affirme en substance « qu’il y a un prix à payer pour ses principes ».

Les principes solennels qui sont en jeu sont l’indépendance et l’intégrité du système de justice […] La doctrine fondamentale de la primauté du droit est que notre procureure générale ne doit pas être soumise à des pressions ni à une interférence politique quant au pouvoir discrétionnaire de la poursuite dans des dossiers criminels, a souligné Jane Philpott.

Le premier ministre Trudeau en compagnie de l’ancienne ministre Jody Wilson-Raybould. Crédit : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

L’opposition se délecte de la situation

La stratégie politique pour l’opposition est de mettre en évidence les lacunes et les échecs du premier ministre dans cette affaire, pour espérer glaner des votes en octobre.

Le leader parlementaire du Nouveau Parti démocratique (NPD), Guy Caron, a demandé une enquête de la GRC pour faire toute la lumière sur ce dossier. Il déplore que le premier ministre et son caucus aient opposé un refus catégorique à cette demande.

Du côté des conservateurs, Alain Rayes, lieutenant du parti au Québec, affirme qu’à partir de ce qu’on sait aujourd’hui, « Justin Trudeau a perdu la légitimité d’être le premier ministre du Canada ».

C’est pourquoi il appelle à sa démission. Il met de l’avant le fait que le premier ministre ait nié au départ toute implication dans l’affaire SNC-Lavalin, dans le simple but de « discréditer » Mme Wilson-Raybould, avant de changer sa version des faits, au gré de la progression des événements. « Il est en train de creuser un trou duquel il ne sera pas capable de sortir », a affirmé M. Rayes.

À la démission de Mme Philpott, de l’ex-ministre de la Justice et procureure générale du Canada et ex-ministre des Anciens Combattants, Jody Wilson-Raybould, de l’ex-conseillé de Justin Trudeau, Gerald Butts, vient s’ajouter le « retrait » subtil de Celina Caesar-Chavannes. La députée ontarienne a donné son appui aux deux ministres démissionnaires et déclaré qu’elle ne se représentera pas aux prochaines élections générales.

La presse nationale rivalise de titrailles

En attendant que Gerald Butts présente son témoignage devant le comité de la justice, le 6 mars, la presse, à l’échelle du pays, rivalise de titres. Ils sont plus virulents les uns que les autres, selon que l’on est à l’Ouest ou à l’Est du pays, où les enjeux autour du dossier SNC-Lavalin ne sont pas perçus de la même manière.

À titre d’exemple, le magazine Macleans (Ouest) va puiser dans le registre satirique et qualifie Justin Trudeau « d’imposteur, qui a centré toute sa politique sur son image et sur sa jeunesse ».

Le Journal de Montréal (Est) y va d’un ton plus adouci et titre que « Rien ne va plus pour Trudeau », tandis que le National Post (Ouest) se demande « si Justin Trudeau a un problème avec les femmes ».

Dans l’adversité, malgré le déchaînement de certains médias, le reste de l’équipe libérale se montre soudé derrière son chef qui tient une série de rencontres sur la gestion de cette crise à Ottawa.

Réitérant sa loyauté au premier ministre, la ministre de l’Environnement Catherine McKenna a souligné qu’il était important d’entendre toutes les versions dans cette affaire, après que Mme Wilson-Raybould eut témoigné.

« Nous sommes tous sur le même bateau à cet égard […] J’ai une entière confiance en M. Trudeau », a déclaré Mme McKenna.

RCI avec Twitter, Radio-Canada et des informations du gouvernement fédéral

À lire aussi :

Share
Mots-clés : , , , , ,
Publié dans : Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*