Image - Boeing

Écrasement d’Ethiopian Airlines : le Canada refuse d’immobiliser ses Boeing 737. Pourquoi?

Share

La Chine, l’Indonésie, l’Australie et la Corée du Sud viennent de clouer au sol tous leurs Boeing 737 MAX 8 pour des inspections, ce à quoi se refuse pour le moment le Canada, l’un des pays avec l’une des aviations civiles les plus sécuritaires du monde.

Le ministre des Transports Marc Garneau écoute une question lors d’une conférence de presse à Ottawa, lundi. Il a dit qu’il n’hésiterait pas à voler sur un Boeing 737 MAX 8. (Adrian Wyld/Presse canadienne)

Au moins trois lignes aériennes, Cayman Airways, Comair, AeroMexico, et Aerolineas Argentinas ont aussi choisi de garder au sol les appareils 737 MAX 8.  À Singapour, une plaque tournante du transport aérien en Asie, le régulateur de l’aviation civile a également interdit les Boeing 737 MAX dans son espace aérien.

Les autorités de l’aviation civile ou les compagnies aériennes ont ainsi immobilisé au sol, mardi, environ 40 % de la flotte mondiale de 737 MAX 8.

Le ministre canadien des Transports, Marc Garneau, estime cependant qu’il est tout simplement trop prématuré de dire ce qui a causé l’écrasement du tout nouvel avion de ligne éthiopien. Alors, tant que les enquêteurs n’auront pas déterminé la cause de cet incident meurtrier, les 41 Boeing 737 MAX 8 appartenant à des transporteurs aériens canadiens seront libres de voler au Canada.

Prêt à monter à bord n’importe quand

La catastrophe d’Ethiopian Airlines qui a coûté la vie à 157 personnes, dont 18 Canadiens, est le deuxième accident mortel du genre pour un modèle Boeing 737 MAX 8 en moins de six mois.

« Je monterais, sans hésitation, à bord d’un avion de ce type à ce moment précis. Je rassure les Canadiens en leur disant que nous déterminerons la cause de l’écrasement [en Éthiopie]. Cet avion a déjà des millions de kilomètres de vol », a dit le ministre Garneau.

LISEZ AUSSI : 18 Canadiens et Canadiennes parmi les 157 victimes

Des secouristes fouillent les débris du Boeing 737 MAX 8 qui s’est écrasé dimanche, à Addis-Abeba, en Éthiopie. Photo: The Associated Press / Mulugeta Ayene

Laisser calmement l’enquête suivre son cours

M. Garneau précise que les organismes de réglementation canadiens ne veulent pas « sauter aux conclusions » malgré les similitudes entre les incidents indonésiens et éthiopiens.

Il a déclaré qu’étant donné que l’enregistreur de vol et d’autres sources critiques de données de vol ont déjà été récupérés sur les lieux de l’accident, une enquête peut être effectuée relativement rapidement.

« Les fonctionnaires de Transports Canada travaillent avec leurs homologues américains afin d’évaluer les prochaines étapes. Le National Transportation Safety Board des États-Unis recueille toutes les informations disponibles et une équipe a été envoyée sur place. Toute décision sera prise sur la base de données scientifiques et dans le but de maintenir les plus hauts niveaux de sécurité », a dit un porte-parole du ministère des Transports.

Du côté des compagnies aériennes canadiennes

WestJet, dont le siège social est situé à Calgary, a déclaré qu’elle « travaille avec Boeing pour assurer l’exploitation continue et sécuritaire de notre flotte MAX », qui comprend 13 MAX 8.

« Nous avons piloté cinq variantes différentes du Boeing 737 depuis 1996, et la flotte exploite actuellement environ 450 départs quotidiens sûrs de B737, a déclaré Morgan Bell, porte-parole de WestJet dans un communiqué. Nous suivons la situation de près et ne spéculerons pas sur la cause de l’incident. »

Air Canada a indiqué dans un courriel que ses 24 appareils MAX 8 avaient donné d’excellents résultats et respectaient les normes de sécurité et de fiabilité.

L’Association des pilotes d’Air Canada (APAC), qui représente 4000 pilotes, appuie la décision du ministre et ne demande pas à ce que les avions soient cloués au sol. Elle veut toutefois s’assurer que « le dossier se retrouve sur le dessus de la pile du bureau du ministre » et, reconnaissant que ce dernier est proactif, veut se garantir qu’il le demeure « pour assurer la sécurité du public voyageur canadien ».

Aux quatre coins du monde pourtant, dont aux États-Unis, le doute s’installe sur la fiabilité de sa plus récente version, lancée il y a moins de deux ans. En Bourse, l’action de Boeing a perdu jusqu’à 13 % de sa valeur lundi.

L’immobilisation complète des 737 MAX 8 serait un revers majeur pour Boeing. Ils sont non seulement la locomotive des ventes et des bénéfices, mais 350 exemplaires de cet avion, entré en service depuis 2017, volent actuellement.

LISEZ LA SUITE : Boeing forcé de mettre à jour le logiciel de navigation sur ses Boeing 737 MAX 8

Lundi, la Chine, qui possède un cinquième des livraisons mondiales de Boeing 737 MAX 8, a ordonné à ses compagnies aériennes nationales de suspendre les vols de ces avions. Leur utilisation pourra reprendre seulement après confirmation par les autorités américaines et Boeing de mesures prises pour garantir avec efficacité la sécurité des vols.

RCI avec La Presse canadienne, AFP, Reuters, CBC News et la contribution de Radio-Canada

En complément

Canada not grounding Boeing 737 after Ethiopian Airlines crash – CBC 

Écrasement d’un Boeing 737 en Éthiopie : 18 Canadiens et Canadiennes parmi les 157 victimes – RCI 

Boeing forcé de mettre à jour le logiciel de navigation sur ses Boeing 737 MAX 8 – RCI

Share
Mots-clés : , , , , , , , ,
Publié dans : International, Internet et technologies

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*