Des centaines de jeunes convergent vers la colline parlementaire à Ottawa avec leurs pancartes scandant des messages pour inciter à l’action politique vis-à-vis de l’environnement. Crédit : photo : Radio-Canada/Stéphane Leclerc

Les élèves des quatre coins du Canada donnent de la voix pour sauver la planète

Share

En réponse à l’appel mondial de la jeunesse pour sauver l’environnement, plusieurs manifestations étudiantes mobilisent des milliers de jeunes à l’échelle du Canada.

 Des doléances ciblées pour une génération consternée

 Les étudiants canadiens expriment leur adhésion à l’idéal climatique et font de la marche dans différentes grandes villes du pays un moyen pour se faire entendre.

À Montréal, ce sont près de 150 000 jeunes issus de l’université, du CÉGEP, du secondaire et même du primaire, ainsi que leurs familles, qui se mobilisent pour dénoncer les effets des changements climatiques visibles partout dans le monde aujourd’hui.

À l’unisson, ils invitent à plus de volonté politique pour faire face à la situation.

Cette volonté pourrait se traduire par exemple par l’élaboration d’une loi climatique, ou par la mobilisation et la mise à disposition de fonds pour la réalisation des recherches et autres projets en faveur de la planète.

Les recommandations de la COP 21, tenue à paris, il y a quelques années, devraient également être scrupuleusement mises en œuvre, avec le respect des cibles de réduction des gaz à effets de serre dûment définis par le Groupe des experts de l’ONU. Ces derniers soutiennent que « les engagements actuels des pays pour réduire les émissions ne suffiront pas à limiter le réchauffement à 1,5 degré Celsius ».

D’un autre côté, les entreprises devraient fournir leur part d’effort en se tournant résolument vers des options de production moins polluantes et moins nuisibles pour l’environnement.

Une dizaine d'élèves d'Halifax manifestent avec pancartes et un porte-voix.

Des élèves de l’école Citadel High à Halifax manifestent pour le climat. Photo: Radio-Canada / Robert Short

Quels effets pour ce mouvement mondial de la jeunesse?

Soucieux des dangers auxquels ils seront confrontés dans les prochaines années, les jeunes, qui ont lancé leur cri du cœur au Canada, en France, en Allemagne, ou encore en Suède d’où est parti l’appel à la mobilisation, espèrent bien faire bouger les lignes.

Jusqu’à présent, différentes actions sont prises dans plusieurs pays par les gouvernements pour tenter d’inverser la courbe actuelle des effets des changements climatiques. Mais, les environnementalistes, les experts des Nations Unies et autres groupes de pression demeurent pessimistes.

Ils soutiennent qu’il faut aller plus loin, car dans leur état actuel, les actions des gouvernements ne seraient pas susceptibles d’induire des changements importants et durables pour atteindre l’objectif de léguer aux générations futures une planète plus sécuritaire.

Entre les engagements pris à l’occasion de différents forums internationaux sur le climat et leur concrétisation, le fossé est souvent important.

D’un côté, il y a certes des discours favorables au changement. De l’autre, la nécessité d’induire une plus grande croissance et de maintenir une économie compétitive crée un réel paradoxe. Par conséquent, la lutte aux changements climatiques se trouve coincée entre les différents enjeux chers aux gouvernements du monde et à certaines grandes entreprises.

  • exploitation des ressources naturelles
  • Volonté de puissance économique et technologique
  • Préservation de la compétitivité des multinationales
  • Etc.

C’est une situation qui laisse craindre que l’action des jeunes ait l’effet d’un coup d’épée dans l’eau, malgré les propos de Catherine McKenna, la ministre fédérale de l’Environnement et du Changement climatique du Canada, qui tente de rassurer les sceptiques, en mettant de l’avant le Plan des libéraux pour contrer la dégradation de l’environnement.

112 pays sont mobilisés pour cette cause ce 15 mars dans plus de 2000 lieux à travers le monde, mais il est important de mentionner l’absence des jeunes de plusieurs pays en développement, qui subissent de plein fouet les effets des changements climatiques, à ce rendez-vous mondial de la jeunesse pour défendre l’environnement.

En complément

Share
Mots-clés : , , , , ,
Publié dans : Environnement, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*