Mgr Cristian Lépine, archevêque de Montréal. Crédit: You Tube

Pédophilie et Église catholique : l’archidiocèse de Montréal annonce une enquête qui met les victimes sur la réserve

Share

Après la sortie de l’archevêque de Montréal, Christian Lépine, sur la façon d’élucider le dossier de la pédophilie des prêtres catholiques, les victimes se disent déçues de sa proposition de confier l’enquête à une juge choisie par l’église.

L’église ne saurait enquêter sur l’église

L’archevêque de Montréal, Mgr Christian Lépine, a fait part de la volonté de mener une vaste enquête pour élucider le scandale de pédophilie ayant impliqué des prêtres catholiques depuis les années 1950, dans la grande région de Montréal.

C’est la Juge à la retraite, Anne-Marie Trahan, qui est chargée d’ouvrir cette enquête. Elle va constituer une équipe à cette fin. Ses travaux vont commencer dès l’automne prochain et vont durer de 18 à 24 mois. Ils vont couvrir notamment des diocèses de Montréal, de Valleyfield, de Saint-Jérôme, de Saint-Jean–Longueuil et Joliette.

Mgr Lépine soutient qu’une telle enquête a pour but de voir « comment on peut aller de l’avant et travailler sur la confiance du public vis-à-vis de l’église », car cette confiance s’est érodée au fil des ans.

C’est avec une extrême prudence que le Comité des victimes a accueilli cette nouvelle.

Son porte-parole, Carlo Tarini, soutient qu’il serait plus pertinent de mettre sur pied une commission d’enquête publique, indépendante, qui ferait preuve de plus de neutralité dans ce dossier, qui a longtemps cristallisé les attentions au pays, comme ailleurs dans le monde, où des prêtres ont eu à s’illustrer négativement par des agressions sexuelles contre de très jeunes enfants.

Les victimes souhaiteraient une commission d’enquête apte à travailler de façon libre et autonome, sans avoir à faire face à quelque tentative de manipulation que ce soit, pour véritablement parvenir à éclairer le public, en faisant la lumière sur cette page sombre de l’histoire de l’Église catholique.

C’est après un processus transparent et impartial que les victimes pourraient espérer une réparation à la hauteur des souffrances qu’elles ont subies, et qui continuent de troubler leur existence jusqu’aujourd’hui.

« Je ne connais pas d’administration où le PDG doit choisir une personne proche pour enquêter sur ses agissements. Cette juge retraitée est nommée par Mgr Lépine […]  » a déploré M. Tarini.

L’archevêque de Montréal propose de remonter jusqu’aux années 1950 pour recenser le nombre de cas d’abus, ainsi que la nature des allégations sexuelles impliquant des prêtres et des jeunes, avec pour objectif de soutenir les victimes et de faire en sorte que le public puisse changer sa perception vis-à-vis de l’Église catholique. Photo : Reuters / Jason Cohn

Les responsables provinciaux hostiles?

Interrogée sur la pertinence d’une commission d’enquête publique pour mener à bout ce dossier, la ministre de la Justice, Sonia LeBel, a été claire, en annonçant qu’on « ne croit pas qu’une commission d’enquête publique soit appropriée », car elle ne « sert pas toujours l’intérêt des victimes ».

Selon la ministre, une commission d’enquête nationale serait « inutilement longue et coûteuse »,

« Une commission d’enquête c’est une grosse machine, ça coûte beaucoup de sous », a affirmé Sonia Lebel.

Soulignant que le gouvernement, par le biais de différents organismes, fournit déjà de l’aide aux victimes de prêtres pédophiles, la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, a tout de même salué l’initiative de l’archevêque de Montréal. Comme la ministre de la Justice, elle soutient qu’il serait important d’observer le déroulement de l’enquête annoncée par l’archidiocèse de Montréal, avant de pouvoir se prononcer sur la nature de l’appui susceptible d’être fourni par Québec.

La question de la pédophilie impliquant le clergé se pose à l’échelle du monde. Il y a eu des dénonciations aux États-Unis, en France, en Irlande, en Allemagne, etc.,  où des travaux ont été menés et ont conduit à la production de rapports et autres recommandations pour prévenir un tel crime dans le milieu ecclésiastique, pourtant le fléau est loin d’être entièrement banni.

Le Pape François a récemment convoqué une grande réunion dans le but de réfléchir sur ce mal profond qui gangraine, et qui ternit l’image de l’Église catholique partout dans le monde, y compris au coeur même de ses institutions, au Vatican.

En lançant son initiative, l’archevêque de Montréal a soutenu qu’il « faut ouvrir la plaie pour pouvoir la traiter et en tirer des leçons ». Mais, au regard des critiques soulevées par les victimes, il serait peut-être opportun de décider d’un commun accord de la meilleure façon d’aborder l’enquête pour espérer une meilleure réconciliation.

RCI avec Radio-Canada


À lire aussi :

Share
Mots-clés : , , , , , , ,
Publié dans : Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*