Une jeune Inuite devant une maison abandonnée dans la communauté insulaire de Qikiqtarjuaq. Le logement représente un énorme défi de santé publique au Nunavut. Photos : Radio-Canada/Marc Godbout

Les Inuits célèbrent les 20 ans du Nunavut, mais tout n’est pas rose au pays de l’ours blanc

Share

2 millions de kilomètres carrés, un cinquième du Canada, Graphique Radio-Canada

Le 1er avril 1999, une portion du Grand Nord canadien appartenant aux Territoires du Nord-Ouest (T.-N.-O.) s’est retrouvée au cœur d’un des plus grands changements géopolitiques en Amérique du Nord depuis la création du Canada en 1867.

La création ce jour-là du Nunavut, à partir d’un découpage des T.-N.-O., se profilait depuis plusieurs années en fait. Elle était le fruit d’un long processus de négociation entre le gouvernement central et les Autochtones pour leur céder progressivement plus de pouvoir sur la gestion de leurs terres ancestrales, un processus qui se poursuit.

Le 25 mai 1993, une étape importante avait été franchie vers la formation du nouveau territoire dans le Nord canadien lorsqu’à Iqaluit, le premier ministre Brian Mulroney était venu signer un accord de principe donnant aux Inuits une autonomie de gestion sur 351 000 kilomètres carrés.

Avec le recul des années, on peut affirmer que cette initiative a fait boule de neige dans les rapports entre Blancs et Autochtones dans le Nord , plus au Sud, à l’Ouest et à l’Est.

LISEZ AUSSI : 8 $ pour un seul pain ou 27 $ pour du jus d’orange : au Nunavut ce n’est pas un poisson d’avril

Photo : Radio-Canada

Un anniversaire que l’on célèbre à reculons?

Le journaliste de Radio-Canada Marc Godbout revient d’un voyage au Nunavut où il a recueilli les témoignages de citoyens qui soulignent les réalisations du Nunavut en 20 ans, notamment une économie qui a doublé de taille. Une progression incroyable. Mais plusieurs n’ont pas le goût à la fête.

Les flammes des chandelles sur le gâteau d’anniversaire du Nunavut vacillent. Les résidents sont aux prises avec une crise alimentaire en raison des forts prix des aliments, avec une crise de santé publique en raison d’une recrudescence de la tuberculose, sans oublier la crise du logement à cause d’une pénurie d’habitation abordable ou même sanitaire.

Ajoutez à cela le poids du réchauffement climatique, et vous avez là, potentiellement, les éléments d’une parfaite tempête sociale et politique qui déstabilise la jeune juridiction et en freine le développement.

Voyez à quoi ressemble cette promesse inaccomplie du Nunavut

Scène de la vie quotidienne à Iqaluit - Photo: La Presse canadienne

Des leçons de démocratie à tirer 20 ans plus tard

Le Nunavut est aussi un rêve démocratique largement inachevé. Ainsi, même si les Inuits représentent 85 % de la population du territoire, ils occupent à peine la moitié des postes de l’appareil gouvernemental. Les blancs eux occupent un espace disproportionné dans l’appareil gouvernemental.

Cela dit, alors que les modèles politiques traditionnels semblent souvent remis en question et qu’on assiste à divers dérapages populistes ou même antidémocratiques, le modèle choisi par les Inuits du Nunavut apparaît souvent plus alerte et éclairé que la moyenne.

Le Nunavut a opté pour un gouvernement de consensus, sans parti politique. Il a juridiction sur la santé, l’éducation, la justice, les services sociaux et la culture.

Le premier ministre et les ministres du cabinet sont ainsi désignés par consensus, après les élections, parmi les députés qui siègent donc tous comme indépendants.

DÉCOUVREZ LA SUITE SUR RADIO-CANADA...

Fouillez dans nos archives

Le premier ministre du Nunavut destitué pour déclarations trompeuses devant l’Assemblée législative – RCI
Moins d’un an après son élection, le premier ministre du Nunavut, Paul Quassa, a été destitué par les députés de l’Assemblée législative dans un vote de défiance. Style de gouvernance et personnage controversés? Le premier ministre destitué avait fait l’objet de vives critiques de la part des élus de l’Assemblée législative au cours des derniers mois.

Vestiges de Dorsétiens : des visages gravés sur des rochers au Nunavut – RCI 
Des rochers ornés de pétroglyphes pourraient devenir un site du Patrimoine mondial de l’UNESCO. Ce site situé sur une île de la région de Qajartalik renferme plus de 180 dessins gravés à même la stéatite. Toutes ces gravures sont des visages sculptés par les Dorsétiens, des habitants qui ont précédé les Inuits au Nunavut et au Nunavik.

Les Inuits du Nunavut recevront de l’appui pour s’adapter aux changements climatiques – RCI 
En vertu d’une nouvelle entente, le territoire du Nunavut situé dans le Grand Nord canadien obtiendra du gouvernement fédéral 1,7 million de dollars entre 2017 et 2021 pour réduire les répercussions du réchauffement climatique sur les activités traditionnelles de subsistance ou récréatives réalisées sur la glace et sur les terres nordiques.

La tradition comme outil de guérison au Nunavut – RCI 
Quand il est question de médecine traditionnelle amérindienne, l’homme n’est pas au centre, mais constitue un fragment qui ne peut se réaliser qu’en relation avec les autres possibilités du cercle, les autres êtres vivants qui le composent, animaux, plantes ou éléments naturels. Si l’on brise cet équilibre, on détruit sa propre existence.

Prix des denrées alimentaires au Nunavut : 52 $ pour quelques boissons gazeuses – RCI 
Si vous habitez au Nunavut, à Arctic Bay, hameau inuit de quelque 700 habitants situé sur l’île de Baffin, la pénurie de boissons gazeuses est telle que des ventes aux enchères ont été improvisées sur Facebook avec des prix assez extraordinaires.

RCI avec La Presse canadienne, CBC News et la contribution de Marc Godbout de Radio-Canada

Share
Mots-clés : , , , , , , ,
Publié dans : Autochtones, Économie, Environnement, Politique, Santé, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*