Alerte : le Canada se réchauffe déjà deux fois plus vite que le reste de la planète

Share

Le réchauffement des températures au Canada est dans son ensemble près de deux fois plus rapide que dans le reste du monde.

Les effets les plus marqués sont enregistrés dans le Nord canadien, qui se réchauffe presque trois fois plus vite que la moyenne mondiale, selon un rapport gouvernemental cité lundi par plusieurs médias canadiens et qui devait officiellement être dévoilé mardi.

Selon ce rapport commandé par le ministère canadien de l’Environnement, les températures annuelles moyennes au Canada ont augmenté de 1,7 degré depuis 1948, soit près de deux fois la hausse mondiale moyenne de 0,8 degré. Les températures dans le nord du Canada, proche du cercle arctique, ont augmenté en moyenne de 2,3 degrés durant la même période.

Et ce n’est qu’un début, promet le rapport. Le réchauffement pourrait atteindre plus de six degrés d’ici la fin du siècle, selon les projections des scientifiques canadiens qui ont réalisé l’étude.

DÉCOUVREZ COMMENT : La hausse des coûts de la météo extrême est déjà calculée dans vos primes d’assurance habitation

Le secteur des assurances confirme que nous faisons déjà les frais d’un indice de météo extrême de plus en plus élevé qui est calculé dans le prix de nos assurances. Photo : La Presse canadienne/Sean Kilpatrick

Les Québécois eux aussi vont y goûter

Le Rapport sur les changements climatiques au Canada (RPCCC) a été commandé par Environnement et changements climatiques Canada. On mentionne que depuis 1948, la température moyenne annuelle sur la terre ferme au Canada s’est réchauffée de 1,7 degré, avec des taux plus élevés dans le Nord, les Prairies et le nord de la Colombie-Britannique.

Fonte des glaces, hausse du niveau de la mer, inondations, sécheresses, vagues de chaleur et feux de forêt plus fréquents sont notamment à prévoir.

Les Québécois devraient aussi goûter à ce réchauffement, même si la hausse des températures est généralement moins accentuée sur l’est du territoire canadien.

Ils peuvent s’attendre notamment à trois semaines de moins en moyenne pour faire du ski par année d’ici 2050 et une saison des sucres pour l’érable en février plutôt qu’en mars-avril d’ici 2100.

Découvrez les impacts du réchauffement des températures près de chez vous…

Le ski survivra-t-il au réchauffement climatique? Photo : Getty Images / JOE KLAMAR

Si la tendance se maintient, les érables couleront beaucoup plus tôt dans l’année

Une étude, publiée il y a quelque temps dans la revue scientifique Plos One, nous apprenait que « le temps des sucres » pourrait bien être devancé de deux à trois semaines d’ici la fin du siècle au Québec.

Des chercheurs du consortium de recherche Ouranos et de la Direction de la recherche forestière du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs ont jumelé des données récentes sur la production hebdomadaire de sirop dans une centaine d’érablières de diverses régions du Québec (1999-2011) avec les données climatiques du passé.

Ces informations leur ont permis de bâtir un modèle afin de prédire le début de la saison des sucres et la durée pour chaque région étudiée. Actuellement, les érables coulent entre le 6 et le 24 mars selon les variations climatiques d’une année à l’autre et le secteur concerné.

En appliquant ensuite ce modèle à 77 scénarios de modèles climatiques pour l’avenir, le consortium Ouranos a constaté qu’entre 2080 et 2100, l’eau d’érable à sucre coulera deux à trois semaines plus tôt.

Cabane à sucre « La Pause Sylvestre » au Québec
Crédit photo : Claude Brunet

C’est la faute des Canadiens

Selon le document du ministère canadien de l’Environnement, bien que le réchauffement au Canada soit le résultat à la fois de l’activité humaine et des variations naturelles du climat, « le facteur humain est dominant », en particulier les émissions de gaz à effet de serre.

« Les scénarios de réchauffement limité ne se produiront que si le Canada et le reste du monde réduisent les émissions de dioxyde de carbone à près de zéro au début de la seconde moitié du siècle », précise le rapport préparé à l’intention du gouvernement libéral de Justin Trudeau.

Ce dernier a d’ailleurs imposé lundi, à quatre provinces, une taxe carbone, car il jugeait leurs efforts environnementaux insuffisants.

Le rapport a été rédigé par des scientifiques gouvernementaux des ministères de l’Environnement et du Changement climatique, des Pêches et Océans et des Ressources naturelles, avec des contributions d’experts universitaires.

LISEZ AUSSI CET ARTICLE TOUT RÉCENT : Le réchauffement rapide des Grands Lacs annonce plus d’inondations, d’algues bleues toxiques et de tempêtes extrêmes

Image satellite des Grands Lacs Photo : NASA/Goddard Space Flight Center

RCI avec La Presse canadienne, Radio-Canada, l’Agence France-Presse et la contribution de Rajeshni Naidu-Ghelani de CBC et les informations de Normand Grondin, Maxime Bertrand, Thomas Gerbet et Marie-Laurence Delainey 

En complément

Lutte contre les changements climatiques : le cri du cœur des professionnels de la santé aux partis politiques fédéraux – RCI 

Lutte au réchauffement climatique : le Canada parmi les pires pays de la planète – RCI 

Le réchauffement climatique menace des sites archéologiques de l’Arctique – RCI 

Share
Mots-clés : , , , ,
Publié dans : Autochtones, Économie, Environnement, International, Politique, Santé

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*