Photo : Google

Vous pouvez maintenant visiter sur Google Street le terrain d’entraînement martien de la NASA au Nunavut

Share

Un cratère vieux de 23 millions d’années sur l’île isolée Devon, au Nunavut, dans le Grand Nord canadien, ressemble à s’y méprendre à la surface de Mars. Grâce à l’application Google Earth, vous pouvez vous offrir une visite virtuelle de ce lieu où la NASA teste une série d’équipements voués à une future mission sur la planète rouge.

Pascal Lee (Google)

« Je pense que les premières personnes qui atterriront sur Mars diront quelque chose dans le genre : « Oh, ça ressemble à l’île Devon, où nous nous sommes entraînés » », a dit Pascal Lee, un scientifique de la NASA, dans un documentaire vidéo produit par Google.

Cet été sera la 23e saison de suite que Pascal Lee se rend sur les lieux et qu’un contingent de chercheurs de la NASA se déplace avec lui pour se familiariser avec la topographie de l’île Devon.

L’île Devon en rouge

« J’ai invité Google à venir voir notre projet l’été dernier et ils ont amené une équipe de deux personnes et une équipe de tournage… Ils voulaient partager ce que nous faisions avec le reste du monde. »

La contribution de Google au projet signifie que toute personne disposant d’une connexion Internet décente (ce qui, ironiquement, pourrait exclure les Nunavummiuts qui vivent le plus près de l’île) peut maintenant visiter virtuellement la zone d’entraînement et certaines parties de l’île.

LE SAVIEZ-VOUS? Yellowknife, la capitale des Territoires du Nord-Ouest au Canada, possède son homonyme sur Mars.
En 2012, la NASA a nommé l’endroit de 2,6 kilomètres carrés sur Mars où le rover Curiosity avait atterri le 5 août Yellowknife.
Un nom approprié disait-on, car c’est dans cette capitale de la région des T.-N.-O. qu’on retrouve la roche la plus ancienne sur la Terre, vieille de 2,7 milliards d’années.

La ville de Yellowknife l’hiver Photo : OTY

L’île Devon gelée dans le roc et dans le temps

Ce qui rend cette grande île inhabitée de la Terre si attrayante pour les scientifiques de la NASA, c’est une énorme cicatrice en forme de cratère creusé dans le roc lorsqu’un astéroïde ou un météore a percuté le sol il y a environ 23 millions d’années.

Le froid arctique et la sécheresse relative de la région – c’est un désert polaire – signifient que la zone du cratère d’impact de Haughton, d’une largeur de 20 kilomètres, demeure à peu près la même que lors de sa formation.

« Elle [la cicatrice] est essentiellement conservée dans le congélateur de l’Arctique », explique Pascal Lee.

Vue aérienne de la structure d’impact de Haughton (île Devon, Canada). Crédit : P. Lee / Projet Haughton-Mars / Mars Institute.

« À part le fait qu’on ne voit pas de pierres fumantes et que tout s’est refroidi, on dirait que l’astéroïde ou la comète a frappé hier. »

Ce n’est pas le premier projet de cartographie de Google dans le Nord canadien. L’entreprise a apporté sa technologie de cartographie des rues à Cambridge Bay, Iqaluit, Sanikiluaq et Churchill, pour ne nommer que quelques endroits.

Accueillir les futurs astronautes de Mars

Sur l’Île Devon. Photo : Google

Pascal Lee affirme qu’il considère les Inuits de la région comme étant des membres de l’équipe de la NASA grâce à leur rôle de guides, d’hôtes et parfois de collègues au cours des deux dernières décennies.

« Je crois sincèrement qu’il existe un savoir traditionnel et une sorte d’expérience culturelle que les Inuits peuvent mettre à profit pour aider les humains à se préparer à aller dans d’autres mondes, où les ressources sont si rares et où il est si difficile de survivre », indique-t-il.

Il s’attend à ce que lorsque viendra le temps de former des astronautes pour la vie sur Mars, ces astronautes s’entraînent non seulement sur l’île Devon, mais aussi à Resolute Bay et à Grise Fiord, deux communautés du Nunavut relativement près de la station de base du Devon Island Mars Institute.

« Il n’y a pas de fin en vue pour ce que nous apprenons sur l’île Devon, et il n’y a pas non plus de fin en vue de ce que nous pouvons faire avec l’île Devon pour nous aider à nous préparer à retourner sur la Lune et à aller sur Mars », conclu M. Lee.

Winnipeg sur Mars : un autre petit morceau canadien sur la planète rouge
La NASA avait donné en 2015 le nom de Winnipeg, l’une des grandes villes de l’Ouest canadien dans la province du Manitoba, à une petite zone rocheuse sur Mars en raison d’une certaine similarité de climat.

Ce clin d’œil à la ville canadienne est dû à sa renommée comme étant (parfois) aussi froid que la planète rouge. Le rover martien Curiosity avait par exemple indiqué le 31 décembre 2013 que la région de Mars où il se trouvait avait atteint une température maximale de -29 degrés Celsius, une température que l’on rencontre souvent à Winnipeg pendant une trentaine de jours consécutifs l’hiver.

Avec les vents soufflants ce jour-là, les valeurs de refroidissement faisaient chuter les températures à -40 ou -50, ce qui signifie que la peau d’un Martien exposée aurait gelée en moins de cinq minutes. Un scénario bien connu des Winnipégois.

Winnipeg par temps froid Photo : Brent Bellamy, Twitter

RCI avec la contribution de Walter Strong de CBC News

En complément

En cas de grande catastrophe sur Terre, Mars pourrait-elle servir d’abri pour les humains? – RCI 

81 millions de dollars à l’Agence spatiale canadienne pour mieux étudier Mars – RCI 

Expérimenter la vie sur Mars en gardant les deux pieds sur terre – RCI 

Share
Mots-clés : , , , , , , , , , ,
Publié dans : Environnement, International, Internet et technologies

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*