Drapeaux des 29 États membres de l'OTAN. Crédit: Gouvernement du Canada

L’OTAN à la croisée des chemins pour ses 70 ans : quelles orientations pour le Canada ?

Share

L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) célèbre ses 70 ans sur fond de divergences de vues entre ses membres influents. Au carrefour du multilatéralisme menacé, la nécessité d’un recentrage.

Ottawa prône le renforcement de partenariats et un arrimage à la modernité

L’OTAN a vu le jour au lendemain de la Seconde Guerre mondiale pour défendre des principes chers à la région de l’Atlantique Nord : le droit, la liberté et la démocratie.

Au-delà, les 29 membres, dont le Canada, avaient pris comme engagement le 4 avril 1949, l’assistance mutuelle en cas de menace ou d’attaque.

Soixante-dix ans plus tard, la cohésion ne semble plus de mise au sein du groupe. Les intérêts seraient visiblement plus divergents que jamais, selon la géographie, les ambitions, les occasions du moment et les nouvelles affinités avec d’autres partenaires.

L’organisation vit des heures de questionnements en raison des nouveaux défis auxquels est soumis le monde : la lutte contre le terrorisme international, la cybersécurité en lien avec des enjeux stratégiques, tant sur le plan politique, économique que social, la question environnementale et la lutte aux changements climatiques, etc.

En plus de gérer tous ces enjeux, les alliés de l’OTAN doivent encore contenir la menace venant de l’Est, avec un président russe animé plus que jamais par la détermination de reconstruire un bloc puissant, par la reconquête de territoires perdus durant les années 1990.

Ces années ont été celles de la perestroïka et de la glasnost. Ce sont des moments où un vent de démocratisation a soufflé sur l’Europe de l’Est, avec entre autres conséquences, la chute du mur de Berlin et le démantèlement de l’ex-Union soviétique, dans l’espoir de mettre un terme à la guerre froide.

La reconquête de la Crimée ces dernières années et les hostilités actuelles avec l’Ukraine en disent long sur cette volonté de puissance de Vladimir Poutine, qui s’impose également dans la lutte contre le terrorisme au Proche et au Moyen-Orient comme un acteur incontournable.

D’un autre côté, en Asie, de nouveaux acteurs prennent plus de place. La Chine bouscule les attentes dans les domaines économique et technologique, la Corée du Nord entretient le suspense avec ses armes nucléaires, et l’Inde n’a pas dit son dernier mot sur le marché de la production et de l’innovation.

En Afrique, la démocratisation reste un enjeu majeur, pendant que la pauvreté sévit toujours sans pitié. Ces mêmes enjeux semblent partagés en Amérique centrale et du Sud, avec leurs corollaires d’exodes des populations à la recherche de bien-être.

Dans ce nouveau contexte, le Canada recommande à l’OTAN de se « moderniser », de faire preuve de « souplesse » pour être capable de faire face aux défis actuels et futurs.

Des missiles balistiques de la Corée du Nord Photo Credit: Getty Images / STR / Getty

Des missiles balistiques de la Corée du Nord
Photo Credit: Getty Images / STR / Getty

Faire preuve de souplesse! À qui s’adresse Ottawa?

L’arrivée de Donald Trump à la Maison-Blanche a considérablement modulé les décisions des alliés envers l’OTAN.

Le président des États-Unis prône une révision à la hausse des budgets militaires de la part de chaque membre, pour donner du répit à son pays qui devrait cesser de payer plus cher, ou simplement de « payer pour tous ».

La France et l’Allemagne répliquent par une volonté de créer et de financer une armée commune essentiellement européenne.

Pendant ce temps, la Turquie cherche à nouer un partenariat en vue de l’acquisition de S-400, système de défense antimissile russe qui viendrait faire face aux 50 tonnes d’armes nucléaires des États-Unis sur son sol.

Si de telles volontés se concrétisaient, cela se traduirait par une désorganisation, voire un démantèlement de l’OTAN.

Le Canada est clairement contre une telle fin pour l’Organisation qu’il considère toujours comme « un acteur de premier plan pour la paix et la sécurité internationales ».

Une éventuelle fin de l’OTAN se traduirait par la primauté de l’unilatéralisme sur le multilatéralisme, qui doit en principe être de mise au sein d’un « partenariat stratégique et élargi ».

Selon le gouvernement canadien, c’est en consolidant le partenariat existant qu’il serait possible pour l’OTAN de se positionner en acteur politico-militaire efficace, apte à répondre aux défis du 21e siècle et à assurer la sécurité régionale et internationale.

Tous les membres, sans exception, devraient être animés par un même désir de modernité et de souplesse, des conditions essentielles au succès de la réforme tant souhaitée de l’OTAN, qui doit affronter de nouvelles menaces et de nouveaux acteurs, la Chine notamment. L’Empire du Milieu se positionne de manière complexe, tantôt comme partenaire, tantôt comme concurrent, ou même comme adversaire de poids, avec lequel il faut désormais compter.

RCI avec quelques informations du gouvernement fédéral

À lire aussi :

Share
Mots-clés : , , , , , , ,
Publié dans : International, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*