Drapeau de l'OIF. Crédit: Istock

Au 5e rang des langues les plus parlées, le français affirme son dynamisme dans le concert des nations

Share

L’Organisation internationale de la Francophonie a publié son nouveau rapport sur l’état de la langue française dans le monde. Le français y apparaît comme une langue dynamique, en perpétuelle expansion, qui tient sa place et son rôle sur tous les continents et dans plusieurs domaines stratégiques.

Une dynamique interne qui porte la langue française

D’après les données du rapport, qui a été préparé en partenariat avec l’Observatoire démographique et statistique de l’espace francophone, le nombre de locuteurs du français est en perpétuelle croissance.

Crédit : YouTube

Avec 300 millions de locuteurs, le français arrive au deuxième rang des langues les plus apprises sur la planète, après l’anglais, et au 5e pour le nombre de locuteurs.

C’est une langue qui affirme sa vitalité, soutient Alexandre Wolff, coordonnateur et corédacteur du rapport, qui souligne que si cette dynamique se poursuivait, à l’horizon 2060, on compterait plus de 700 millions de francophones dans le monde.

Écoutez

Source :  Rapport sur l’état de la langue française dans le monde

Le berceau africain 

Si le français tient si bien sa place sur la scène internationale, c’est parce qu’il est solidement implanté sur presque tous les continents, et davantage en Afrique où les populations en font un usage multiple, à côté d’autres langues locales, relève M. Wolff.

59 %  des locuteurs quotidiens du français se trouvent sur le continent africain.

Selon le responsable de l’Observatoire de la langue française à l’OIF, le français montre une belle vitalité sur ce continent, principalement en zone subsaharienne et dans le Maghreb, où il est en même temps une langue de scolarisation, une langue officielle et une langue des affaires.

Dans ces parties du monde, le rapport s’est préoccupé d’évaluer la manière dont le français s’implante dans les familles, les foyers et les sociétés, à côté d’autres langues locales.

Comme l’a relevé M. Wolff, le résultat se traduit en de réelles évolutions susceptibles de maintenir un lien entre les francophones aussi bien sur ce continent qu’ailleurs.

« Le but est de faire en sorte qu’ils continuent à se comprendre sur la surface du globe. Pour de nombreux étudiants internationaux, le français est une langue étrangère. Beaucoup d’étudiants chinois apprennent le français pour pouvoir poursuivre leurs études dans des pays francophones. La langue a connu une dynamique positive, car entre 2014 et 2018, il y a eu une croissance de 8 % des apprenants de français langue étrangère, avec des pics en Afrique non francophone, ou dans le monde arabe, au Maghreb en particulier », a-t-il souligné.

Source :  Rapport sur l’état de la langue française dans le monde

Les pays se servent de plus en plus du français pour le développement de leurs expressions culturelles : littérature, spectacles et arts vivants. Crédit : iStock

Se tourner vers la modernité

Pour que ce dynamisme se maintienne au fil des ans, il va falloir, pour les pays francophones et organisations de la francophonie, miser sur cette langue comme langue des échanges commerciaux, langue d’insertion socioprofessionnelle dans les entreprises, langue de communication médiatique, langue de scolarisation et langue internationale.

Comme l’a observé Alexandre Wolff, le fait pour le français d’occuper la 4e place sur la sphère numérique est révélateur du dynamisme de cette langue qui s’étend jusqu’aux médias internationaux non français au départ, mais qui ouvrent aujourd’hui de nouveaux canaux en français pour le public francophone en croissance.

Le rapport, qui est publié tous les quatre ans, fait état d’une croissance du nombre de francophones dans le monde supérieure à 10 %.

Selon ses données, l’avenir de la langue française est aussi dans les médias, davantage dans les nouveaux médias numériques, dans les industries culturelles et créatives, dans les échanges multiples au sein de l’espace francophone avec ses 540 millions d’habitants.

C’est ainsi qu’il faut, pour cet espace, se doter de la technologie et des outils novateurs susceptibles de favoriser un arrimage avec les exigences de la modernité qu’imposent les technologies de l’information et de la communication, relève Alexandre Wolff. Il soutient que grâce à cet arrimage, le français poursuivra son chemin en se bonifiant, et en s’imposant dans de nouveaux espaces, y compris dans des pays non francophones.

Le français sur Internet. Crédit: Observatoire de la langue française

Quelques chiffres clés du rapport : 

300 millions de locuteurs, en progression de près de 10 % depuis 2014.

C’est la 5e langue la plus parlée après le chinois, l’anglais, l’espagnol et l’arabe.

Présente sur les 5 continents : c’est une langue mondiale.

Elle se distingue par son statut et l’influence dans différents espaces et contextes :

  • langue officielle dans 32 États et gouvernements et dans la plupart des organisations internationales;
  • langue d’enseignement de plus de 80 millions d’individus, sur 36 pays et territoires;
  • langue étrangère apprise par plus de 50 millions de personnes;
  • langue des médias internationaux (TV5MONDE, RFI ou France 24, mais aussi Euronews, BBC News, la chinoise CGTN ou la russe RT);
  • 4e langue de l’Internet.

Source : Rapport 2018 sur l’état de la langue française dans le monde

Share
Publié dans : International, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*