Les scientifiques disposent d'outils plus précis pour mesurer la fonte des glaces (photo. REUTERS/Pauline Askin/Files)

Fonte des glaces mieux observée et plus précise

Share

N’en déplaise aux sceptiques, la fonte des glaces est réelle. Il est désormais possible de la mesurer facilement grâce aux satellites, aux stations météo et aux modèles climatiques sophistiqués.

Une étude parue lundi dans les Comptes rendus de l’Académie américaine des sciences (PNAS) nous apprend que dans les années 1970, le Groenland a gagné 47 gigatonnes de glace par an en moyenne (Gt/an), avant d’en perdre un volume équivalent dans les années 1980.

La fonte s’est poursuivie à ce rythme dans les années 1990, avant de s’accélérer grandement à partir des années 2000 (187 Gt/an) et surtout depuis 2010 (286 Gt/an).

Selon les chercheurs, la glace fond au Groenland six fois plus vite aujourd’hui que dans les années 1980. Ils ajoutent qu’à elle seule, cette fonte aurait contribué à faire monter le niveau des océans de 13,7 millimètres depuis 1972.

La fonte des glaces aurait contribué à faire monter le niveau des océans de 13,7 millimètres en 47 ans. (REUTERS/Fabian Cambero – RC17BC8E95D0

« La fonte glaciaire observée depuis huit ans est équivalente à celle des quatre décennies précédentes », affirme la chercheuse Amber Leeson, de l’Université de Lancaster.

Nouveaux calculs

Mme Leeson et ses collègues ont recalculé la perte de glaces depuis 1972, date de la mise en orbite des premiers satellites Landsat ayant photographié régulièrement le Groenland.

C’est que, si les scientifiques pouvaient évaluer la fonte des glaces survenue dans les années 1990 et 2000, pour les décennies précédentes, leurs estimations étaient peu fiables. La raison? Les satellites et autres technologies de mesures de l’époque étaient moins avancés.

Partant de modestes données sur les années 1970 et 1980 (photos satellites de moyenne résolution, photos aériennes, carottages de neige et autres observations de terrain), les chercheurs ont pu remonter dans le temps et reconstruire en détail la glace du Groenland de cette époque.

Il est possible de remonter le temps avec plus de précision afin de prendre la mesure de la fonte des glaces REUTERS/NASA/Handout (GREENLAND – Tags : SCIENCE TECHNOLOGY ENVIRONMENT)

« Quand on regarde sur plusieurs décennies, il vaut mieux s’asseoir sur sa chaise avant de regarder les résultats, parce que ça fait un petit peu peur de voir à quelle vitesse ça change », affirme le glaciologue français Éric Rignot de l’Université de Californie à Irvine, coauteur de l’étude avec des collègues en Californie, à Grenoble, à Utrecht et à Copenhague.

« C’est aussi quelque chose qui affecte les quatre coins du Groenland, pas juste les parties plus chaudes au Sud », ajoute-t-il.

Trois méthodes

Pour mesurer la fonte glaciaire, les glaciologues se servent essentiellement de trois méthodes. D’abord, des satellites mesurent tout simplement l’altitude, et ses variations, grâce à un laser. Si un glacier fond, le satellite voit son altitude baisser.

Ensuite, depuis 2002, grâce à des satellites de la NASA, ils peuvent mesurer les modifications de gravité terrestre. Les montagnes étant presque immobiles, ce sont les mouvements et transformations de l’eau qui les expliquent.

La troisième méthode consiste à comparer les quantités de précipitations qui s’accumulent sur le Groenland sous forme de pluie et de neige à celles qui en sortent sous forme de rivières de glace. On détermine ainsi ce qui en reste.

Les scientifiques sont encouragés par les résultats de la nouvelle approche dans l’évaluation de la fonte des glaciers. (REUTERS/Andrew Peacock (ANTARCTICA )

Selon Éric Rignot, ces modèles, confirmés avec des mesures de terrain, sont devenus très fiables depuis le milieu des années 2000. Il parle d’une précision de l’ordre de 5 à 7 % de marge d’erreur, contre 100 % il y a quelques décennies. « On a ajouté un petit morceau d’histoire qui n’existait pas », se réjouit-il.

Colin Summerhayes, du Scott Polar Research Institute à Cambridge, a salué cette recherche. « C’est un travail excellent, par une équipe de recherche bien établie qui utilise des méthodes nouvelles pour extraire plus d’informations des données disponibles », a-t-il dit.

Comme un travail similaire de la même équipe pour l’Antarctique, la nouvelle étude offre un contexte plus long à la fonte rapide observée au Groenland ces dernières années.

(Avec l’AFP)

Lire aussi :

Fonte plus rapide des glaces au Groenland : tempêtes et ouragans seront plus violents sur l’est du Canada

Alerte : le Canada se réchauffe déjà deux fois plus vite que le reste de la planète

Plonger dans l’Arctique pour étudier la disparition des glaces

Share
Mots-clés : , ,
Publié dans : Environnement, International, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*