Un béluga égaré dans le port de Hammerfest en Norvège serait-il au centre d’une possible affaire d’espionnage? (Photo : Joergen Ree Wiig du ministère des Pêches et Océans de Norvège –fiskeridirektoratets)

Un béluga égaré au centre d’une possible affaire d’espionnage

Share

Un sanctuaire pour mammifères marins d’Islande ne pourra pas recevoir un béluga égaré le long des côtes de Norvège.

Le mammifère en question, que l’on surnomme « le béluga-espion », s’est retrouvé en fâcheuse position lorsque pris dans un harnais bizarre alors qu’il nageait au nord de la Norvège.

Vidéo de l’équipe de Joergen Ree Wiig, membre du ministère des Pêches et Océans de Norvège

Espion russe?

Cette affaire amène son lot de spéculations en ce sens qu’il se serait échappé d’une installation militaire secrète des eaux arctiques russes.

Autre spéculation : l’animal aurait été entraîné par les militaires à espionner les navires de guerre de la flotte de l’OTAN dans l’Atlantique Nord et l’Arctique.

Joergen Ree Wiig, membre du ministère des Pêches et Océans de Norvège (fiskeridirektoratets), a déclaré être inquiet pour la santé du béluga. On voit bien qu’il est habitué à la présence humaine, qu’il la recherche même et se laisse gentiment flatter le museau.

Ce sont des membres de l’équipe de Ree Wiig qui ont réussi à retirer le harnais douteux autour du corps de l’animal.

En entrevue à Radio Canada International (en anglais), M. Wiig a déclaré que certaines personnes ont recommandé la capture du béluga et son transfert en Islande où se trouve un sanctuaire pour mammifères marins géré par l’ONG environnementale britannique Sea Life Trust.

belugasanctuary.sealifetrust.org

Pas de place pour un troisième béluga

Au sanctuaire des eaux islandaises, on se spécialise dans la réhabilitation de mammifères marins (baleines, marsouins, dauphins, etc.). On affirme ne pas être en mesure de prendre l’animal en charge, car on doit recevoir sous peu deux spécimens rescapés d’un enclos-citerne en Chine.

« Moving any belugas to this sanctuary (or any sanctuary) is a very complex exercise, and needs to be carefully considered, planned and executed so that the well-being of any individual whale is not compromised. »

(Trad.) Déplacer un béluga, n’importe lequel vers notre sanctuaire ou vers un autre, est une entreprise complexe. Elle doit être préparée et exécutée avec soin afin de garantir la santé de l’animal). »

Courriel de Sea Life Trust à Radio Canada International.

Deux bélugas qui arrivent de Chine

Elles se nomment Little Grey (Petite Grise) et Little White (Petite Blanche). Ce sont deux femelles de 12 ans, captives depuis leur jeune âge au Changfeng Ocean World Zoo de Shanghai.

Et, au cœur du dilemme et du défi, se trouve le fait qu’il s’agit d’une première. Les deux animaux arrivant de Chine ont toujours vécu ensemble et l’ajout d’un troisième individu risque de compromettre leur santé, ajoutent les gestionnaires du Sea Life Trust.

Un pêcheur norvégien sur son bateau dans le port d’Hammerfest en Norvège. Dans l’eau, le dauphin. (Joergen Ree Wiig/Norwegian Direcorate of Fisheries Sea Surveillance Unit/Associated Press)

Le béluga-espion : pas une première

Le béluga se prélasse dans les eaux du port d’Hammefest en Norvège (Joergen Ree Wiig,ministère des Pêches et Océans de Norvège –fiskeridirektoratets)

Alors que le béluga libéré continue son opération charme à Hammerfes, les spéculations vont bon train sur ses origines et sur celles du harnais mystérieux.

Le mot « espionnage » a été lancé après que l’on a constaté l’inscription « Equipment St. Petersburg » sur les attaches de plastique.

Cela dit, des analystes russes ont souligné que les mots étaient écrits en anglais en alphabet latin et non pas en russe à l’alphabet cyrillique. Ils ont émis l’hypothèse qu’il s’agit non pas de la ville de Saint-Pétersbourg en Russie, mais plutôt de St. Petersburg en Floride.

Autres arguments russes

Au cours de la guerre froide, la marine  des États-Unis a mené des expériences avec des dauphins et des otaries dans des missions d’espionnage et de sécurité nationale.

De plus, la petite ville d’Hammerfest, de 10 300 habitants, n’est qu’à quelques centaines de kilomètres de la péninsule de Kola où est amarrée la base navale de la flotte de l’Arctique de Russie.

Google Maps

Le sanctuaire de Sea Life Trust en Islande

RCI, Eye on the Arctic, Levon Sevunts

Share
Mots-clés : , , ,
Publié dans : International, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Un béluga égaré au centre d’une possible affaire d’espionnage»
  1. Pauvre béluga, un animal si doux, si intelligent que le mettre dans ce harnais prouve encore une fois que certains humains sont vils.