Un jeune travailleur en détresse bénéficie du soutien d'un professionnel. Crédit: Istock

Comment agir lorsqu’un employé est en détresse et que cela nuit à sa productivité au travail?

Share

Morneau Shepell a effectué une étude qui permet de comprendre l’incidence des problèmes de santé mentale, stress et autres problèmes relationnels sur le rendement des employés au sein d’une compagnie. Les constats sont peu rassurants en raison des conséquences aussi bien pour l’entreprise que pour le travailleur.

Présentéisme : être présent sans véritablement se donner à fond

Sylvain Authier, vice-président, habilitation opérationnelle pour Morneau Shepell Crédit : Morneau Shepell

Sylvain Authier est vice-président pour Morneau Shepell. Il donne quelques indications sur les signes précurseurs d’une telle condition chez les travailleurs. Ils auront tendance à être présents, sans se concentrer à 100 % sur leurs tâches. C’est ce que l’étude qualifie de présentéisme.

« Ils vont passer plus de temps à la cafétéria de la compagnie, se fixer des priorités qui ne sont pas forcément les mêmes que celles de la compagnie, chercheront davantage à parler à leurs collègues pour résoudre des situations, prendront plus de temps pour effectuer leurs tâches habituelles. Ils vont téléphoner à leurs patrons pour demander une permission d’absence pour la journée. Tout cela contribue à désorganiser le cycle de travail d’équipe », relève M. Authier.

Être en détresse, c’est présenter par exemple des problèmes de santé mentale, avoir du stress, des problèmes reliés au travail (la réorganisation du travail peut avoir un impact sur la santé mentale des employés), des problèmes de dépendance à l’alcool et aux drogues, des difficultés liées aux situations familiales (conflits au sein des couples, etc.).

Selon les chiffres du programme d’aide aux employés, dans une entreprise de 50 personnes par exemple, ce sont près d’une dizaine de membres qui vont souffrir de détresse.

C’est une situation susceptible d’entraîner des pertes importantes pour l’entreprise, relève le vice-président qui souligne la nécessité d’apporter un encadrement conséquent à ces personnes.

Écoutez

Un homme en détresse a des difficultés à achever son travail. Crédit : iStock

Importance du programme d’aide aux employés

Grâce à un programme d’aide, les travailleurs en détresse peuvent présenter leurs problèmes, ce qui permet de trouver des solutions adéquates, de réduire le présentéisme dans 30 à 50 % des cas, et d’augmenter la productivité. C’est ainsi qu’il est fortement recommandé aux entreprises de l’offrir en soutien aux employés en détresse pour améliorer leur bien-être et leur rentabilité.

Le rapport de l’étude, menée en partenariat avec l’International Employee Assistance Professionnals Association (EAPA), est intitulé Workplace Well-being : A Summary of the 2018 Workplace Outcome Suite Annual report.

Dans le cadre de cette étude, 23 000 dossiers d’employés ont été examinés, selon les données de plusieurs fournisseurs de programmes d’aide aux employés à l’échelle mondiale.

Selon les conclusions, les difficultés de concentration chez les employés en détresse s’étendent sur plus du tiers de leur temps de travail total (38 %) ou 8 jours par mois.

Ces employés s’absentent en moyenne 7,36 heures par mois, et leurs problèmes cliniques sont très diversifiés : santé mentale (dépression, anxiété), stress personnel, problèmes relationnels liés au mariage ou à la famille, au travail ou à la profession, au problème d’alcool ou de drogue.

Avec des données du rapport de Morneau Shepell (société qui offre des services-conseils et des techniques en ressources humaines)
Lire aussi :

Revoir l’intervention contre la détresse psychologique au travail

Jacinthe Douesnard pose avec son livre dans un corridor de l'université

La professeure Jacinthe Douesnard a dirigé la publication d’un livre sur les enjeux de la santé psychologique au travail. Photo: Radio-Canada/Catherine Paradis

Share
Mots-clés : , , , , , ,
Publié dans : Santé, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*