16 mars 2019 - Hudson, Québec : des femmes de la réserve navale participant à la parade de la St-Patrick. Crédit : Istock

Inconduites sexuelles persistantes dans l’armée canadienne : des victimes silencieuses et des dirigeants sans arguments

Share

Un nouveau rapport de Statistique Canada sur les inconduites sexuelles dans l’Armée canadienne révèle un phénomène qui persiste, malgré les multiples efforts déployés pour tenter de le juguler.

Pas de grands changements en quatre ans

Les chiffres de ce nouveau rapport demeurent très proches de ceux de 2016 sur ce même fléau au sein des Forces armées canadiennes.

Les inconduites sexuelles n’ont pas cessé et touchent plus les femmes que les hommes, et plus les réservistes que les membres des Forces régulières.

Si la situation préoccupe les hauts responsables de l’armée, ces derniers semblent tout simplement dépassés par les événements, et ne savent pas comment expliquer une telle situation. Maintes fois questionnés par les journalistes depuis la sortie du rapport, ils ont déclaré ne pas savoir quelles explications donner.

Il existe pourtant toute une panoplie de possibilités pour les victimes qui souhaitent faire une dénonciation. Elles peuvent notamment faire appel au Centre d’intervention, mais n’osent pas le faire.

« 84 % ne font pas appel à des services. C’est dur à répondre. Ce résultat démontre qu’il faut encore beaucoup communiquer sur cette question », a déclaré le vice-chef d’état-major de la défense, le lieutenant-général Paul Wynnyk, à Radio-Canada.

« Nous sommes en train d’analyser les conclusions pour déterminer la meilleure façon d’intervenir », a-t-il ajouté.

Septembre 2009, des militaires canadiens rendent hommage à leur collègue mort à l’étranger, après le rapatriement de sa dépouille. Crédit : iStock.

Absence de dénonciation : processus de plainte décourageant ou crainte de stigmatisation?

D’après Statistique Canada, plusieurs réservistes ont affirmé qu’elles ont été impliquées dans des incidents d’inconduites sexuelles avec des superviseurs. Mais dans les Forces armées canadiennes en général, les victimes d’agressions sexuelles l’ont été plus de la part des pairs que des superviseurs.

Yvan Clermont, de Statistique Canada, explique qu’autant de femmes que d’hommes ont reconnu que les mesures pour lutter contre les inconduites sexuelles se sont améliorées dans l’armée depuis la mise sur pied de l’opération HONOUR.

Dans la Première réserve, la proportion des femmes qui ont déclaré ne pas faire appel aux services pour dénoncer une agression a augmenté.

Si les victimes ne dénoncent pas, c’est généralement parce qu’il faut respecter tout un processus de plaintes formelles parfois long.

« Elles ont surtout peur des représailles et la réponse la plus courante est qu’elles ont réglé le problème elles-mêmes », a souligné M. Clermont.

La proportion est plus élevée chez les femmes qui craignent les conséquences que chez les hommes, constate le rapport.

Les grandes tendances statistiques du sondage mené de septembre à novembre 2018 :

Plus de 36 000 membres des Forces armées canadiennes de la force régulière et de la Première réserve ont répondu au sondage, soit 44 % de l’effectif des FAC.

1,6 % d’incidents pour l’ensemble des Forces armées contre 1,7 % en 2016, dont 51 % d’incidents impliquant un superviseur.

2,2 % des membres de la Première réserve ont déclaré avoir été agressés sexuellement en milieu de travail militaire au cours des 12 derniers mois.

Les attouchements sexuels constituent la forme d’agression sexuelle la plus courante et représentent 88 % des incidents au sein des forces régulières, et 86 % au sein de la Première réserve.

Prévalence des agressions sexuelles chez les femmes des Forces armées canadiennes plus élevée que celle des hommes : 4,3 % contre 1,1 %.

Dans la Première réserve, ce sont toujours les femmes qui sont les plus concernées par les agressions sexuelles : 7,0 % contre 1,2 % chez les hommes.

11 novembre 2015, des membres des Forces armées canadiennes prennent part au défilé du jour du Souvenir. Crédit : iStock

Témoins ou victimes de comportements sexualisés ou discriminatoires en milieu de travail : 70 % des membres des Forces armées régulières contre 71 % des membres de la Première réserve, par rapport à 80 % de la Force régulière et 82 % de la Première réserve en 2016.

Blagues à caractère sexuel : 65 % des membres des Forces régulières et des membres de la Première réserve ont dit les avoir vécus ou observés. C’est le type de comportements sexualisé ou discriminatoire le plus couramment observé ou vécu.

Sensibilisation à l’égard de l’opération HONOUR : 94 % des membres des Forces armées régulières, et 91 % des réservistes se disent bien sensibilisés.

Efficacité de l’opération HONOUR durant la période de l’enquête : 45 % des membres des deux groupes sont d’accord.

Efficacité à l’avenir de l’opération HONOUR : 49 % chez les Forces régulières, contre 51 % du côté de la Première réserve, soit une hausse importante par rapport à 2016, où l’on avait 32 % dans le premier cas et 29 % dans le second.

Prise au sérieux des plaintes : 94 % des membres des Forces régulières estiment que les plaintes à propos des comportements sexuels inappropriés sont ou (seraient) prises au sérieux au sein de leur unité actuelle, contre 84 % pour la Première réserve.

Source : ministère de la Défense et Statistique Canada

À lire aussi :

Share
Mots-clés : , , , , ,
Publié dans : Politique, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*