Peter Dalglish, récipiendaire de l'Ordre du Canada, qui a été félicité pour son travail de bienfaisance, a été reconnu coupable d'agression sexuelle contre deux garçons de 11 et 14 ans au Népal. (YouTube)

Le travailleur humanitaire Peter Dalglish est déclaré coupable d’agressions sexuelles sur des garçons

Share

Peter Dalglish, éminent travailleur humanitaire canadien, a été reconnu coupable d’agression sexuelle sur des enfants au Népal. Mais son entourage et ceux qui le défendent accusent la police de s’être immiscée dans cette affaire et d’avoir soudoyé de jeunes garçons et d’autres présumés témoins.

Le nom de Peter Dalglish est associé au travail humanitaire du Canada à l’étranger depuis longtemps. À la fin des années 1980, il a cofondé Street Kids International, une ONG canadienne qui se consacre à la prestation de programmes visant à améliorer les conditions de vie des enfants vulnérables des pays en développement.

En 1988, il avait été désigné comme étant « l’un des 10 jeunes les plus remarquables du monde » par la Jeune chambre internationale. Et en 1996, il avait reçu la médaille de l’Ordre du Canada. Il a notamment aussi été le représentant canadien du Programme des Nations unies pour les établissements humains en Afghanistan en 2015.

Voilà pourquoi son arrestation au Népal, il y a 13 mois, avait ébranlé la communauté internationale des humanitaires.

Le saviez-vous?
Ces dernières années, de nombreuses allégations de mauvais traitements ont été formulées à l’encontre de travailleurs humanitaires au Népal et les autorités ont arrêté plusieurs étrangers pour tenter de résoudre les problèmes de maltraitance des enfants qui sévissent dans le pays.

Une arrestation armée

Peter Dalglish a été arrêté sous la menace d’une arme à feu en avril 2018 à son domicile près de Katmandou par des membres du Bureau central d’enquête de la police népalaise. Il a été accusé d’avoir agressé sexuellement deux garçons de 11 et de 14 ans, qui, selon la police, étaient à la maison au moment de son arrestation.

Dalglish a toujours nié les accusations. Selon des documents exposés dans le cadre d’une enquête de CBC News, l’un des garçons a donné trois récits différents au sujet des sévices allégués : un à la police, un au tribunal et un à un enquêteur privé engagé par la famille de Dalglish.

Son avocat canadien, Me Nader Hasan, affirme qu’il y a un certain nombre d’irrégularités qui ont empêché Peter Dalglish d’avoir un procès équitable. Les autorités népalaises ne permettent pas aux accusés de rencontrer seuls leurs avocats, a-t-il dit, ce qui constitue une violation du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, dont le Népal est pourtant signataire. Les autorités népalaises n’ont pas non plus présenté de preuves médico-légales contre Daglish, indique Me Nader Hasan.

« L’autre grand défi est que le Népal est un pays où il n’y a pas de règles de divulgation, préalables à la tenue du procès. Ce sont des choses qui ont créé une erreur judiciaire », a-t-il dit.

L’avocat déclare que la famille et les amis de Peter Dalglish sont dévastés par le verdict et que son équipe juridique a l’intention d’interjeter appel. M. Dalglish, 61 ans, pourrait être condamné à une peine d’emprisonnement de 10 ans ou plus, a indiqué M. Hasan.

Peter Dalglish photographié avec son ex-épouse, Nienke Schaap, et leur fille. (Nienke Schaap)

RCI avec les informations de Nazim Baksh de CBC News, La Presse canadienne et la contribution de Radio-Canada

En complément

ONG humanitaires : les abus sexuels sont « endémiques » – RCI 

Peter Dalglish, travailleur humanitaire canadien arrêté au Népal et accusé de pédophilie – RCI 

La Québécoise Marie-Andrée Leclerc était-elle en Asie une victime ou une tueuse en série? – RCI

Share
Mots-clés : , , , , , , , , ,
Publié dans : International, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*