Des experts américains recommande la prescription de médicaments anti-VIH par mesure de précaution. REUTERS/Baz Ratner - RC1F0EAFF880

Prescrire des médicaments anti-VIH aux personnes séronégatives

Share

Les personnes en bonne santé qui courent un risque élevé d’être infectées par le VIH devraient recevoir quotidiennement une pilule préventive. Cette recommandation a été formulée mardi par un panel influent sur les soins de santé aux États-Unis.

Les nouvelles directives visent à réduire les quelque 40 000 nouvelles infections aux États-Unis chaque année.

Dans des pays comme l’Angleterre, la prophylaxie préexposition (PrEP) a déjà montré son efficacité. La prise précoce à la fois de la prophylaxie préexposition et de prophylaxie post-exposition pour prévenir la transmission du VIH permettent de combattre la propagation du virus.

Au Canada aussi on a pris conscience de l’importance de la PrEP. Il existe d’ailleurs un protocole précis de Santé Canada à cet effet. Des particuliers séronégatifs à risque devraient recevoir quotidiennement une combinaison à dose fixe de fumarate de ténofovir disoproxil (TDF) et d’emtricitabine (FTC) conjointement avec des pratiques sexuelles plus sûres.

La prise d’antirétroviraux empêche la transmission du virus qui cause le sida à un partenaire séronégatif.

Accès encore limité

Problème : pour l’instant, la PrEP est prescrite au Canada principalement par des médecins spécialistes. De plus, tous les médecins ne sont pas renseignés sur la PrEP. Ce qui limite l’accès à cette méthode de prévention du VIH.

Aux États-Unis, le Groupe de travail sur les services préventifs a réitéré son conseil de longue date selon lequel toute personne âgée de 15 à 65 ans – et toute femme enceinte – devrait être examinée régulièrement, ce qui constituerait une étape vers un traitement précoce et salvateur.

Bien qu’efficace, la prophylaxie préexposition s’accompagne d’autres mesures de contrôle. REUTERS/Marco Bello – RC129F537A50

Le groupe de travail américain a précisé que la PrEP ne s’adresse qu’aux personnes à haut risque d’infection. Cela inclut toute personne ayant un partenaire sexuel séropositif, qui a des relations sexuelles sans préservatif avec une personne à haut risque de VIH, ou encore qui partage des seringues pour se droguer.

Ces recommandations ont été publiées dans le journal de l’Association médicale américaine. Au passage, les experts déplorent que seulement 17 % des personnes qui auraient pu bénéficier de la PreP aient reçu la prescription l’an dernier.

Un résultat positif de VIH en laboratoire REUTERS/Marco Bello – RC16F48659E0

Les coûts : un obstacle majeur

Sans assurance, le coût de détail mensuel moyen avoisine les 2000 dollars US. Certes, pour les non-assurés, le gouvernement fédéral a annoncé le mois dernier que le fabricant de Truvada, Gilead Sciences inc., avait accepté de faire don de doses de PrEP à 200 000 personnes par an. Mais ça reste insuffisant dans un pays où quelque 1,1 million de personnes vivent avec le VIH.

Au Canada, les médicaments antirétroviraux coûtent aussi cher, mais cela n’est pas comparable avec les États-Unis. Ici, la PrEP orale peut coûter de 250 $ à 1000 $ par mois. Actuellement, très peu de régimes d’assurance maladie privés et publics canadiens couvrent le coût des médicaments contre le VIH.

(Avec Reuters, AP et Santé Canada)

Lire aussi

VIH/Sida : la prise de médicaments a priori protégerait les séronégatifs

VIH-SIDA au Canada : moins de personnes gaies, mais plus d’immigrants

VIH/Sida : criminaliser les séropositifs est contre-productif

Share
Mots-clés : , ,
Publié dans : International, Politique, Santé, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*