Actualités

16 novembre 2012

Pourquoi c'est difficile de joindre au téléphone Citoyenneté et Immigration Canada

Photo

Photo : Montréal Pas Cher

Avez-vous déjà éprouvé des difficultés à rentrer en contact dans un délai raisonnable avec le Ministère canadien de l'Immigration?
Les immigrants au Canada peinent à trouver une oreille attentive depuis la fermeture en juin des bureaux de service à la clientèle de Citoyenneté et Immigration Canada (CIC).

Le téléphone peut sonner longtemps avant qu'un agent du télécentre de Montréal, où sont centralisés les appels d'un bout à l'autre du pays, réponde.

Fernando Garabito, jeune immigrant chilien, tente depuis le printemps d'obtenir de l'information sur son propre dossier.

« J'ai appelé au total plus de 100 fois », sans obtenir de réponse, dit-il, furieux.

Il dit avoir besoin de sa carte de résident permanent, qui lui est nécessaire pour voyager à l'extérieur du Canada. Il ne pourra pas rentrer au pays sans ce document.

Le syndicat des fonctionnaires pointe du doigt le patron
Pour Magali Picard, de l'Alliance de la fonction publique du Canada, le gouvernement conservateur se permet d'offrir moins de service à cette catégorie de clientèle, peu portée à revendiquer ses droits.

Selon des données obtenues par Radio-Canada en juin, Citoyenneté et Immigration Canada a congédié 75 employés du Télécentre. Au mois d'août, les agents ne pouvaient répondre qu'à 9 % des 30 000 appels reçus quotidiennement. Trente agents ont été réembauchés, ce qui permet de répondre à 40 % des appels quotidiens, bien loin de l'objectif de 80 % que s'était fixé le ministère.

Me David Chalk, président du conseil de l'Association des avocats en droit de l'immigration, se dit préoccupé. « Nous sommes en pleine période de changement, dit-il. Les gens ont des questions, mais ils ne sont pas capables de chercher des réponses. »

Me David Chalk a fait faire l'exercice à ses collègues avocats au Canada. Il leur a fallu en moyenne quatre heures d'appels pour parvenir à joindre un agent.

Sadia Groguhé, députée néo-démocrate dans Saint-Lambert, dénonce l'attitude du gouvernement conservateur. Elle affirme avoir « demandé à ce que les agents soient plus nombreux, ne serait-ce que pour réduire les délais dans les traitements des dossiers ». « Ils ne nous ont pas suivis », dit-elle.

En plus de l'embauche d'agents supplémentaires, Citoyenneté et Immigration Canada a amélioré son site Internet pour corriger la situation.

Il est également possible de se plaindre du mauvais service. Mais, pour joindre le service des plaintes, il faut passer par le centre d'appel.

Avez-vous déjà éprouvé des difficultés à rentrer en contact dans un délai raisonnable avec un représentant du Ministère canadien de l'Immigration?
Une question de Stéphane Parent.
Répondez ici en bas de page.


COMMENTAIRES 

25 février 2013 - 11:05

Bonjour, Suite de mon histoire... finalement les après un ultime appel, le télécentres à réétudier mon dossier et s'est rendu compte d'une énorme erreur de traitement de dossier (l'agent n'avais même pas lu mon plan d'affaire car, s'il l'avais fait, il se serait forcément dis que a demande n'est pas celle qu'il croit). Du coup, le dossier à été retraité en mode "urgence"... c.a.d avec moins d'1 mois pour me répondre. Effectivement, 3 semaine plus tard, je reçois un courrier me prévenant que, finalement, mon dossier à été transférer à Montréal. J'ai du appeler une nouvelle fois pour savoir la durée d'attente du traitement au bureau du Montréal,... on m'as répondu 8 semaines. BOUM. Après divers calculs, toute cette attente m'as ruiné définitivement et j'ai du me résoudre à partir. Mais entre temps, j'ai rappeler le télécentre pour leur expliquer que c'était tout simplement pas normal, qu'on fasse poireauter aussi longtemps une personne puis j'ai rajouté qu'ils ne devaient pas s'étonner que les étranger ce mettent dans la prostitution ou le trafic en tout genre pour survenir en leur besoin fondamentaux (boire, manger, avoir un logement et payer le quelques facture qui s'imposent tel que Hydro-Québec). Heureusement que dans mon cas, j'ai été énormément aidé par mes parents, mais rare sont ceux qui ont cette chance. J'en ai donc aussi profiter pour leur dire que je devrais donc partir vers la mi-février. J'ai donc fini par prendre un avion le 18 février. Mais, bizarrement, le 21 ou 22 Février, mon voisin reçoit à ma place un courrier de l'immigration me convoquant le 28 Février. Quel hasard très bizarre. Je suis convoqué au moment où ils savent que je part. Après 7 mois de bataille ils ont fini par accepter une convocation pour vérifier mes dire et vérifier que j'ai pas fait un plan d'affaire bidon. Mais ils ne l'ont fait seulement quand ils ont été certains que je me sois essoufflé financièrement et mentalement. Il ne faut pas l'oublier, un plan d'affaire à été fait, des prévisions ont été fait, de l'argent avait été mis de côté pour démarrer l'entreprise le tout pour une certaines date ne devant pas dépasser le mois de septembre 2012. Or, entre septembre 2012 et le 18 Février 2013, j'ai du VIVRE. Voila comment traite le ministère de l'immigration Canadienne envers les étrangers ne faisant pas partie d'une certaines catégorie d'élites (critère de diplôme ultra élevé ou critère financier devant dépasser les 100 000 $). Enfin, pour terminer mon histoire, voici les dernière péripéties. N'ayant pas abandonné le fait de pouvoir émigrer au Québec via une résidence permanente, je dois quand même continuer à bien faire les choses. Donc, ne pouvant fatalement pas me présenter à ma convocation, j'ai voulu annuler ce RDV afin que l'on n'écrivent pas dans mon dossier d'immigration que je suis une personnes pas motivé ou pas sérieuse car je me serai pas présenté à cette fameuse convocation. Pour faire ceci, j'ai voulu appeler le Télécentre du CIC depuis l’étranger. Impossible, le numéro n’accepte pas les appels venant de l'extérieur. J'ai donc voulu appeler le seul autre numéro de téléphone existant, celui de l'ambassade du Canada à Paris. JE suis tombé sur une personnes qui n'as pas voulu m'aider, alors que c'est son travail, n'a pas voulu me donner un responsable de l'immigration, n'as pas voulu me donner un quelconque numéro de téléphone pour joindre ce genre de service, à osé dire qu'il ne savait pas ce qu'étais Citoyenneté et Immigration et encore moins son télécentre. Le ton est monté et à raccroché immédiatement son téléphone car il voyait que je devenait chiant et que le ton montais. Et bien entendu à refusé de donner son nom pour ne pas avoir de souci avec ses supérieurs. LA toute dernière solution trouvé, envoyé un fax à 2 endroits différents en espérant que ces fax soit récupérer par une bonne personne et non par la personnes qui répond au téléphone. Déjà que la qualité des services de l'immigration sont ultra mauvais, mais là, en plus, je tombe sur sur un services encore plus médiocre car c'est un doux mélange entre l'administration canadienne et l'état d'esprits de l'administration française. C'est vraiment HORRIBLE. Je me suis foutu des baffes on pensant que c'était un cauchemar, mais j'ai bien compris que c'était la dure réalité de ce monde et que les gouvernement deviennent de plus en plus conservateur et raciste. J'espère que, par mon témoignage, cela aidera certaines personnes afin qu'elles ne rentrent pas dans le même piège à rats. Merci de votre écoute. Bye

Envoyé par Florent clerc, montréal, Canada

29 novembre 2012 - 12:41

Ma première intervention a été effacée, mais en résumé, je voulais dire. Au diable l'immigration au Canada. Mon site "n'immigrer pas au Canada" sera bientôt prêt et mis en ligne avec beaucoup de surprises, surtout pour ceux là même dont les salaires viennent précisément des immigrants...

Envoyé par gedon arma, Paris, France

16 novembre 2012 - 15:21

Je vis ici depuis trois ans, à l'origine pour terminer une formation d'informatique (diplôme français bac +5). J'ai entrepris également de me former en massothérapie puis me spécialiser en masso-kinésithérapie. J'ai ainsi obtenu un diplôme québécois en santé parallèle. Après 2 demandes de visa de travail en tant que travailleur autonome, (5 mois d'attentes) la réponse est définitivement négative. 5 mois que je dépense de l'argent pour vivre mais que je suis dans l'impossibilité légale de travailler. Au final, aucune considération de la part de l'immigration, et une réponse négative d'une (1) phrase m'est formulé en me signalant que cette demande doit être fait de l'extérieur. TOTALEMENT FOU: Je fais une formation pour venir en aide aux personnes en besoins, je fais une formation sur place et on me répond de rentrer chez moi pour refaire une demande. A savoir qu'à chaque fois on demande 150$, mais en plus on me demande de repayer un billet d'avion, et de faire mes demande de là-bas. Mais je demande à être travailleur autonome afin de pouvoir me lancer en affaires, créer mon cabinet, développer ma clientèle créer des emplois à terme. On se moque du monde, en l’occurrence on se fout de ma gueule. Je suis désolé de pas avoir voulu être ingénieur ou cadre. Désolé de pas avoir une famille suffisamment riche pour me prêter un minimum de 100 000$ pour obtenir automatiquement une résidence permanente pour hommes d'affaires. Et désolé de vouloir soigner des personnes. Je suis victime du système, et si çà continue le système vas finir par imploser. Autre exemple, un de mes professeur d'anatomie étais médecin français et une fois arrivé au Québec, on le lui à interdit de pratiquer sauf s'il reprenait intégralement ses études. Je savais pas que les médecin français sont de la merde en boite et ne font que tuer leurs patients. C'est bizarre... depuis trois ans que je suis au Québec, j'entends que çà qu'il y à pénurie de médecin et d'infirmière. Le système est pourri dans l'os. Merci de votre écoute. En préparation pour fuir le Québec vers janvier, la queue entre les jambes car suis rejeté par le système. C'est vraiment dommage, beau pays, belle province, peuple généralement tranquille mais un système rouillé. Merci.

Envoyé par florent clerc, Montréal, Canada

Commentez cet article

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie, et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio Canada International ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés et publiés s'ils respectent la Nétiquette

Réponse *
Prénom *
Nom *
Courriel *
Ville *
Pays
Téléphone
Confirmation visuelle *
 
Tous les champs avec * sont obligatoires.

BLOGUE - REGARDS SUR L'ACTUALITÉ





TROUVEZ-NOUS SUR FACEBOOK

Envoyer votre photo!



MULTIMÉDIA




* RCI n'est aucunement responsable du contenu des sites externes