Entre mythes et réalités, préjugés et tolérance, où se situe la réalité des immigrants?

« Les Juifs du Québec, In Canada We Trust ». Réflexion sur l’identité québécoise de Victor Teboul

« Quand on se penche sur cette question de la mémoire, on comprend toutes les tensions qui peuvent exister entre les groupes ethnoculturels et le Québec français. »

Victor Teboul

La question se pose, pourquoi les Juifs au Québec ne s’identifient-ils pas au Québec, à sa réalité, à ses luttes? Pourquoi ne se penche-t-on pas sur les raisons qui ont empêché une telle identification?

Les Juifs sont arrivés en Nouvelle-France après la conquête. Avant, sous le régime français, la colonie était réservée aux catholiques et interdite aux Juifs et aux huguenots.

« Les Juifs font partie de l’histoire du Québec, mais ils ne partagent pas la mémoire du Québec. »

Mais qu’est-ce qui empêche encore l’interpénétration des identités, juive et québécoise? Est-ce l’histoire, la mémoire, l’identification nationale, la religion ou tout cela et bien d’autres facteurs?

« Ce que j’explique dans le livre c’est que cet antisémitisme a été reconnu par le Canada anglais alors qu’au Québec, rien qu’à Montréal par exemple, il y a une station de métro qui porte le nom de Lionel-Groulx. Sans entrer dans les écrits du chanoine Groulx, je pense que ses propos étaient pour le moins controversés, à l’époque et ils le sont encore aujourd’hui. Je trouve qu’on est susceptible quand on touche à cette dimension au Québec, ce qui n’est plus le cas au Canada anglais, d’où la grande différence. »

 

Dans son essai  Les Juifs du Québec, In Canada We Trust , réflexion sur l’identité québécoise, Victor Teboul s’interroge sur la place de la communauté juive au Québec et sur sa présence, ou son absence, dans la mémoire collective québécoise.

Auteur, romancier et essayiste, Victor Teboul au aussi enseigné l’histoire à l’Université du Québec à Montréal et la littérature au collège Lionel-Groulx (!). Il dirige aujourd’hui le magazine en ligne tolerance.ca

Victor Teboul parle de son plus récent essai au micro de Raymond Desmarteau.

 

Aucun commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE