Entre mythes et réalités, préjugés et tolérance, où se situe la réalité des immigrants?
 

Entre le sancocho colombien et la crêpe acadienne au poisson

« J’pourrions toutte te faire l’entrevue d’même » m’a-t-il dit dans un savoureux accent de la péninsule acadienne.

Marc Bustamante a une histoire peu banale. Son père est Colombie, sa mère Acadienne, il a grandi au Nouveau-Brunswick avant de s’établir à Montréal.

Il prend plaisir à souligner ses souches acadiennes.

« J’pourrions toutte te faire l’entrevue d’même » m’a-t-il dit dans un savoureux accent de la péninsule acadienne.

Marc Bustamante est aussi très près de ses racines colombiennes.

La langue, les expressions, le mode de vie, tout cela est bien intégré dans son quotidien.

Est-ce qu’on cesse d’être immigrant? L’est-on vraiment quand on est né ici mais qu’on porte un nom d’ailleurs?

Marc Bustamante vit très bien avec tout ça. Comme une éloise (l’éloise est un éclair. L’expression comme une éloise feu dire  « très rapidement »)

 
Écoutez l’entrevue complète ici

Aucun commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE