Entre mythes et réalités, préjugés et tolérance, où se situe la réalité des immigrants?
AccueilArticles publiés parRaymond Desmarteau

Auteur Raymond Desmarteau

[vc_row][vc_column][vc_column_text]Le 10 janvier dernier, le député libéral Ahmed Hussen de la circonscription de York Sud-Weston à Toronto était nommé titulaire du ministère de l'Immigration. Une première au Canada, c’était la première fois qu'un député d'origine somalienne est nommé au sein du Cabinet. C’était aussi une première quand il a été élu, première fois qu’un Somalien d’origine représentait une circonscription fédérale canadienne. Ahmed Hussen est arrivé au Canada à l’âge de 16 ans en tant que réfugié, alors qu’il fuyait la guerre qui faisait rage en Somalie. L'homme de 39 ans a été très actif au

Melissa Mollen Dupuis chroniqueuse pour le site de Radio-Canada, Espaces Autochtones a répondu aux questions de Raymond Desmarteaux au sujet de la perception des immigrants par les Autochtones. Une réponse toute en nuances qui nous ramène aux valeurs de solidarité des Premières Nations. Melissa Mollen est également une activiste. Elle est la cofondatrice du mouvement Idle No More au Québec, qui fait la promotion d'une « révolution pacifique » afin qu'on entende les voix des Autochtones, qu'on reconnaisse la souveraineté des nations autochtones sur leurs territoires et qu'on améliore la protection de l'eau,

20% de la population canadienne est née à l’étranger. C’est dire qu’une personne sur cinq se reconnait dans cette statistique. En cinq ans, de 2006 à 2011, plus d’un millions de personnes nées ailleurs sur Terre ont immigré au Canada. En pourcentage, c’est donc dire que cette immigration récente 17,2% de la population née à l'étranger et 3,5 % de la population totale du Canada. if("undefined"==typeof window.datawrapper)window.datawrapper={};window.datawrapper["nAPaT"]={},window.datawrapper["nAPaT"].embedDeltas={"100":766,"200":612,"300":543,"400":526,"500":500,"600":500,"700":500,"800":483,"900":483,"1000":483},window.datawrapper["nAPaT"].iframe=document.getElementById("datawrapper-chart-nAPaT"),window.datawrapper["nAPaT"].iframe.style.height=window.datawrapper["nAPaT"].embedDeltas[Math.min(1e3,Math.max(100*Math.floor(window.datawrapper["nAPaT"].iframe.offsetWidth/100),100))]+"px",window.addEventListener("message",function(a){if("undefined"!=typeof a.data["datawrapper-height"])for(var b in a.data["datawrapper-height"])if("nAPaT"==b)window.datawrapper["nAPaT"].iframe.style.height=a.data["datawrapper-height"][b]+"px"}); Un kaléidoscope ethnique Le Canada aujourd’hui, c’est plus de 200 origines ethniques (Enquête nationale auprès des ménages, ENM, de 2011). if("undefined"==typeof window.datawrapper)window.datawrapper={};window.datawrapper["CIDlZ"]={},window.datawrapper["CIDlZ"].embedDeltas={"100":626,"200":506,"300":440,"400":440,"500":440,"600":400,"700":400,"800":400,"900":400,"1000":400},window.datawrapper["CIDlZ"].iframe=document.getElementById("datawrapper-chart-CIDlZ"),window.datawrapper["CIDlZ"].iframe.style.height=window.datawrapper["CIDlZ"].embedDeltas[Math.min(1e3,Math.max(100*Math.floor(window.datawrapper["CIDlZ"].iframe.offsetWidth/100),100))]+"px",window.addEventListener("message",function(a){if("undefined"!=typeof a.data["datawrapper-height"])for(var b in

Près d’un Canadien sur deux sera un immigrant ou un enfant d’immigrant en 2036. Toujours en 2036, les trois grandes agglomérations canadiennes que sont Toronto, Montréal et Vancouver accueilleront la très grande majorité de la population immigrante au Canada. Cette réalité sera encore plus présente à Toronto. Dans une moindre mesure, les villes de Hamilton, Winnipeg, Calgary Edmonton et Ottawa verront augmenter leurs populations immigrantes. [caption id="attachment_124730" align="alignleft" width="225"] Jean-Dominique Morency(Statistiques Canada)[/caption] L’étude de Statistiques Canada intitulée « Regard sur l’immigration, la diversité ethnoculturelle et les langues au Canada, 2011 à 2036 » était rendue

[vc_row][vc_column][vc_column_text]Lors du recensement de 2011, plus de 200 langues ont été déclarées comme langue parlée à la maison ou comme langue maternelle. Près de 6,6 millions de personnes ont déclaré parler une autre langue que le français ou l'anglais à la maison.   Langue parlée à la maison et langue parlée de façon régulière 4,7 millions de ont déclaré parler une autre langue que le français ou l'anglais le plus souvent à la maison et près de 1,9 million de personnes ont déclaré parler ces langues de façon régulière, comme seconde langue (en plus

Un peu d’histoire         1871 Au sein de l'ensemble de la population canadienne, on dénombrait 31,1 % de personnes ayant des origines françaises, 24,3 % des origines irlandaises, 20,3 % des origines anglaises, 15,8 % des origines écossaises et 5,8 % ayant des origines allemandes. 1901 Lors du premier recensement où on amassa des données sur les langues, l'anglais était la langue maternelle de 61,8 % de la population du Canada, le français 27,9 %, l'allemand 2,7 % et le gaélique 2,2 %.   Et le futur? 2036 Près d'un Canadien sur deux en 2036 serait un immigrant ou un enfant d'immigrant. La population immigrante continuerait d'être concentrée dans les régions métropolitaines de recensement, plus particulièrement

Le Canada était en tête de liste des pays du G7 quant à la croissance démographique de 2011 à 2016, affichant une croissance annuelle moyenne de 1,0 %. Tout comme au Canada, d'autres pays du G7 tels le Royaume-Uni, l'Allemagne et l'Italie affichent l'accroissement migratoire comme principal facteur de croissance démographique De plus, trois pays du G7 - Allemagne, Italie et Japon - ont enregistré plus de décès que de naissances au cours des dernières années, ce qui signifie que leur croissance démographique ne reposait que sur l'accroissement migratoire. if("undefined"==typeof window.datawrapper)window.datawrapper={};window.datawrapper["WMOV6"]={},window.datawrapper["WMOV6"].embedDeltas={"100":531,"200":401,"300":349,"400":323,"500":297,"600":297,"700":297,"800":297,"900":271,"1000":271},window.datawrapper["WMOV6"].iframe=document.getElementById("datawrapper-chart-WMOV6"),window.datawrapper["WMOV6"].iframe.style.height=window.datawrapper["WMOV6"].embedDeltas[Math.min(1e3,Math.max(100*Math.floor(window.datawrapper["WMOV6"].iframe.offsetWidth/100),100))]+"px",window.addEventListener("message",function(a){if("undefined"!=typeof a.data["datawrapper-height"])for(var b in a.data["datawrapper-height"])if("WMOV6"==b)window.datawrapper["WMOV6"].iframe.style.height=a.data["datawrapper-height"][b]+"px"});

[vc_row][vc_column][vc_column_text] QUEL ÂGE ONT-ILS? [su_box title="Le saviez-vous?" box_color="darkred"]Les immigrants récents sont relativement jeunes En 2011, l'âge médian des immigrants récents était de 31,7 ans. L’âge médian, c’est le point précis de démarcation entre la moitié de la population est plus âgée et l'autre moitié plus jeune. En comparaison, l'âge médian de la population immigrante totale était de 47,4 ans et celui de la population née au Canada, de 37,3 ans.[/su_box] Le graphique suivant nous renseigne sur le nombre de résidents permanents selon l'âge et la région d’origine en 2014 [caption id="attachment_125320" align="aligncenter" width="969"] Source: Faits et chiffres 2014 –