Nadine Francillon, d’infirmière à gestionnaire à créatrice de la fondation Voix Angéliques

Share
http://fovainternational.org/

RADIO CANADA INTERNATIONAL | Raymond Desmarteau |

Nadine Francillon n’avait que 16 ans quand elle a quitté son Haïti natale pour venir s’installer à Montréal, y rejoindre son père qu’elle n’avait pas vu depuis des années.

« Et c’était la totale, je suis arrivée en février, » dit-elle dans un bel éclat de rire.

Pour nombre d’immigrants, le choc culturel auquel s’ajoute le choc thermique est plutôt violent. De plus, à l’adolescence, les changements de milieu doivent être pris avec beaucoup de tact et de circonspection, la perte des premiers repères – amis, copains, vie sociale, activité, petit ami, etc. – peut être, disons « très troublants. »

Donc, adolescence, choc culturel et choc thermique, la jeune Nadine voyait être réunis tous les éléments pour, comme on le dit en Québécois « péter sa coche ».

Mais non. Ce sont les retrouvailles avec papa et la nouvelle aventure dans un monde tout nouveau qui lui ont donné le souffle nécessaire pour démarrer sa vie ici.

Plus d’avenir que de souvenirs

Et c’est ainsi que de fil en aiguille, elle termine des études universitaires comme infirmière, qu’elle travaille dans ce domaine, qu’elle rencontre celui qui allait devenir son mari, qu’elle complète une maîtrise en gestion internationale et que, à peine une trentaine de mois en hôpital, elle passe en gestion, avec son homme, dans son entreprise, Stationnement Safeway.

Voix angélique, sa fierté

La réalisation personnelle dont Nadine Francillon elle est la plus fière – outre son couple et leur fils – c’est la Fondation Voix Angélique (FOVA) qu’elle a mise sur pied et qu’elle dirige depuis déjà presque une dizaine d’années.

Nous sommes quatre mères conscientes des difficultés que rencontrent les enfants démunis au quotidien : la pauvreté, la faim, la violence, la maladie, la discrimination. Nous croyons que chaque enfant est un don et mérite une vie décente. Nous croyons aussi que nous pouvons changer leur situation et leur vie. Le 1er septembre 2006, nous avons créé la Fondation voix angélique (FOVA) un organisme à but non lucratif dont l’objectif est de permettre à ces enfants d’avoir accès à l’éducation, à la sécurité et au support nécessaires à leur épanouissement.

fovainternational.org/

Chez Voix Angélique, on intervient afin de payer des frais de scolarité lorsqu’applicables, à mettre sur pied des clubs de lectures, à implanter des camps de jour.

On intervient sur le terrain en Haïti, mais aussi au Sénégal, en Tunisie, au Maroc et au Burkina Faso.

Et aussi ici   

De fait, lors de l’arrivée des réfugiés syriens dans la région de Montréal FOVA a distribué des sacs d’école et des fournitures scolaires aux enfants de ces réfugiés.

Et tout ça avec le sourire, la confiance en soi et la prise de risques – calculés – qui la décrivent très bien, Nadine Francillon parle de ces quelques pages de vie au micro de Raymond Desmarteau.

Règle d’or, comme elle le dit si bien : « Il ne faut jamais avoir peur de l’échec, car on apprend beaucoup de nos échecs. »

Écoutez l’entrevue

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RCI • Radio Canada International
Luc Simard
– Directeur, Diversité et Relations Citoyennes de Radio-Canada

À PROPOS DU MOIS DE L’HISTOIRE DES NOIRS

Vidéos
Mississippi
Mois de l’histoire des noirs à Québec
Artistes noirs, musiques d’ici • Khady Beye

Votre avis sur le Mois de l'Histoire des Noirs

Le mois de l'Histoire des Noirs n'est célébré qu'en Amérique du Nord et dans le Royaume-Uni. Pensez-vous que ce devrait-être un événement célébré partout dans le monde?

View Results