À propos du Mois de l’Histoire des Noirs

Share
Mathieu Da Costa (courtesy Dr. Henry Bishop/Black Cultural Centre for Nova Scotia)

Mathieu Da Costa est le premier Noir a être arrivée sur la côte est du Canada en 1605. Il était à bord du navire qui transportait l’explorateur français Samuel de Champlain. Da Costa avait été embauché à titre d’interprète et ses services étaient fort appréciés par Champlain. Mais pour plusieurs personnes de la communauté noire qui ont emprunté le même chemin que Mathieu Da Costa au cours des années suivantes, l’expérience s’est avérée fort différente.

L’épopée des Noirs en Amérique du Nord, à la différence des Blancs, est caractérisée par le fait que bon nombre d’entre eux sont arrivés ici contre leur volonté. Ils ont été contraints à l’esclavage et cette expérience a provoqué une onde de choc au sein de leur communauté pour des générations. Le Canada a joué un rôle dans la libération et, dans certains cas, le retour de bon nombre d’esclaves en Afrique. Mais pour d’autres le retour au pays n’était plus envisageable. Avec les années, c’est au Canada qu’ils ont planté leurs racines.

Jean Augustine

Le mois de février est aujourd’hui dédié à la découverte et à la célébration de l’Histoire des Noirs au Canada. Tout cela a commencé quand Mme Jean Augustine a déposé une motion à la Chambre des communes d’Ottawa. Jean Augustine a été la première femme noire élue au Parlement canadien. Elle a été députée fédérale de 19993 à 2005 dans la circonscription torontoise d’Etobicoke-Lakeshore. Elle a obtenu le consentement unanime de la Chambre pour cette motion.

Mais il faut avouer que la décision de faire connaître la contribution des Noirs au Canada a commencé beaucoup plus tôt aux États-Unis. En 1926, Carter G. Woodson a mis sur pied la «Semaine de l’histoire des Noirs» en l’honneur d’Abraham Lincoln et de Frederick Douglass. Aux yeux de Woodson, ces deux hommes ont milité activement pour l’abolition de l’esclavage. Pendant ce temps, au Canada plusieurs au sein de la communauté noire, comme ceux qui travaillaient comme portiers pour les chemins de fer, ont commencé à raconter leur histoire et à célébrer leur héritage.

À Toronto, la « Canadian Negro Women’s Association » a elle aussi commencé, dans les années 1950, à célébrer la présence des Noirs au Canada. En Nouvelle-Écosse, l’histoire des Noirs demeure également bien vivante chez les descendants de ceux qui avaient réussi à fuir l’esclavage aux États-Unis pour trouver refuge au Canada à la fin du 18e siècle. Mais, jusqu’à tout récemment, leur histoire n’était connue que de membres de certaines communautés néo-écossaises. Une autre étape était franchie en 1978, alors que la Société historique des Noirs de l’Ontario voyait le jour.

En 1979 des pétitions sont soumises à la Ville de Toronto pour qu’elle proclame à son tour « Février, mois des Noirs ». Au cours des années 1980, les commémorations entourant ce mois commencent à prendre de l’ampleur pour ensuite s’étendre à la grandeur du pays. C’est grâce à ces initiatives que de plus en plus de Canadiens peuvent aujourd’hui découvrir les histoires de ceux et celles qui composent la communauté noire du pays. Nous vous présentons quelques-unes de ces histoires.

Share
RCI • Radio Canada International
Luc Simard
– Directeur, Diversité et Relations Citoyennes de Radio-Canada
Vidéos
Mississippi
Mois de l’histoire des noirs à Québec
Artistes noirs, musiques d’ici • Khady Beye

Votre avis sur le Mois de l'Histoire des Noirs

Le mois de l'Histoire des Noirs n'est célébré qu'en Amérique du Nord et dans le Royaume-Uni. Pensez-vous que ce devrait-être un événement célébré partout dans le monde?

View Results