Un nouvel équipement de pointe pour la formation des pêcheurs au Nunavut

Share
Peter Keenainak, from the Nunavut Fisheries Training Consortium, said the equipment will make training more effective. (CBC)
Peter Keenainak, Consortium de formation en pêcheries du Nunavut (CBC)

Une nouvelle pièce d’équipement permettra sous peu d’améliorer la formation des pêcheurs du Nunavut. Le Consortium de formation en pêcheries du Nunavut (Nunavut Fisheries Training Consortium) a fait l’acquisition un simulateur de formation au comportement sur le pont d’un bateau de pêche qui reproduit les conditions de réaction du bateau aux diverses conditions de la mer. Le simulateur permettra aux étudiants d’apprendre avec plus d’acuité la navigation, la pêche en haute mer et même à éviter les icebergs.

Elisabeth Cayen, directrice exécutive du consortium affirme que son groupe arriver à former de 200 à 350 personnes par année. « Quand on est en haute mer, les pêcheurs commencent habituellement dans l’entrepôt frigorifique. On y traite et emballe le poisson. Quant à la pêche côtière, on retrouve plusieurs personnes qui en font leur gagne-pain. Parfois, il ne s’agit que de pêche alimentaire, pour la famille. Et cette industrie se développe rapidement, surtout dans le bras de mer Cumberland (Cumberland Sound). »

Elisabeth Cayen souligne également que plusieurs personnes en formation n’ont jamais vu de gros chalutier et qu’elles en savent très peu sur la pêche en haute mer au Nunavut. De fait, le gros de l’activité en haute mer se déroule dans les eaux de Terre-Neuve ou encore du Groenland.

Depuis 2005, le Consortium Nunavut Fisheries Training offre des formations aux Nunavummiut dans les locaux des vieilles résidences pour étudiants du Collège arctique du Nunavut (Nunavut Arctic College) à Iqaluit.

Déjà quatre étudiants travaillent avec le simulateur. Dès la réussite des examens finaux, ils sont assurés d’aller rejoindre la cinquantaine d’Inuit qui travaille dans l’industrie de la pêche.

Share
Raymond Desmarteau, Radio Canada International

Raymond Desmarteau, Radio Canada International

Pour d’autres nouvelles du Canada et d’ailleurs, visitez le site de Radio Canada International.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *