Des oeuvres d’art et des artéfacts du Nunavut sont toujours en attente à Yellowknife dans les TNO

Share
Le Centre du patrimoine septentrional de Yellowknife dans les Territoires du Nord-Ouest. (Chuck Stoody / La Presse Canadienne)
Le Centre du patrimoine septentrional de Yellowknife dans les Territoires du Nord-Ouest. (Chuck Stoody / La Presse Canadienne)

Il y a dix ans, une décision administrative faisait qu’un musée de Yellowknife dans les Territoires du Nord-Ouest devenait l’hôte temporaire d’une collection de 150 artéfacts du Nunavut, il n’y a pas encore de date cible pour que la collection inestimable prenne le chemin du retour.

C’est en 1999 que le territoire du Nunavut a été officiellement créé, né de la division des Territoires du Nord-Ouest. Il a été décidé alors que les TNO divisent sa collection d’artéfacts nordiques, permettant ainsi au nouveau territoire du Nunavut d’avoir sa propre collection inuit.

Les autorités du Centre du patrimoine septentrional Prince of Wales (trad. : Prince de Galles) de Yellowknife dans les TNO ont accepté moyennant rétribution de loger la collection complète d’ici à ce que le Nunavut construise un édifice approprié pour recevoir sa part de la collection.

Cette entente a été conclue en 2003. Aujourd’hui, dix ans plus tard, le Nunavut n’a pas encore construit son édifice qui doit être muni d’un système de contrôle de la température et de l’humidité pour bien recevoir et préserver sa part de cette collection unique.

Barbara Cameron, directrice du Centre du patrimoine septentrional Prince of Wales affirme ne pas vouloir conserver la collection appartenant au Nunavut ad vitam aeternam. Elle affirme que son centre attend avec impatience le moment du transfert des œuvres et des artéfacts vers le Nunavut, soit vers un centre d’interprétation de l’histoire ou ailleurs, selon les volontés du gouvernement du Nunavut.

Le ministère de la Culture et de l’Héritage inuit du Nunavut (Nunavut Department of Culture and Heritage) affirme de son côté avoir encore le désir profond de créer un véritable centre d’interprétation sur le territoire mais qu’à ce jour, aucune date n’a encore été arrêtée.

Share
Raymond Desmarteau, Radio Canada International

Raymond Desmarteau, Radio Canada International

Pour d’autres nouvelles du Canada et d’ailleurs, visitez le site de Radio Canada International.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *