Yukon : Décès d’un skieur légendaire

Share
Le père Jean-Marie Mouchet en 2007. (Canada Games Council)
Le père Jean-Marie Mouchet en 2007. (Canada Games Council)
Jeune missionnaire français débarqué dans le Nord canadien au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, le père Jean-Marie Mouchet a laissé sa trace auprès des communautés de Telegraph Creek dans le nord de la Colombie-Britannique, mais surtout de Old Crow au Yukon, où il vivra pendant 25 ans.

Dès son arrivée, il côtoie les autochtones. Au début des années 50, il est nommé supérieur de sa communauté oblat, à la mission de Old Crow. I s’agit d’une époque charnière pour les Premières nations qui abandonnent leur vie de nomade pour adopter le mode de vie des blancs. Le père Mouchet réalise rapidement que le ski de fond, avec son lien naturel à la terre, concorde bien avec les jeunes autochtones. Lui qui pratiquait ce sport depuis son jeune âge dans les Alpes françaises, décide de les y initier.

Il créera un programme de ski pour les autochtones et les poussera à être compétitifs, prouvant du même coup que ces jeunes sont physiquement doués pour accomplir des exploits sportifs. Certains d’entre eux ont d’ailleurs laissé leur empreinte sur les Jeux olympiques d’hiver, notamment les renommées sœurs Firth.

En 1993 le père Mouchet a reçu l’Ordre du Canada en reconnaissance d’un demi-siècle de dévouement et d’action auprès des peuples du Nord.

Originaire du Juras en France, le père Mouchet est décédé à l’âge de 96 ans.

Un livre intitulé « Guts and Glory. The Arctic Skiers Who Challenged the World » raconte l’histoire du père Mouchet et des personnes qu’il a entraînées.

rci-livre-mouchet_p6

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *