Yukon : les Premières Nations à la tête d’un site pour contrôler la qualité de l’air

Share
La station de contrôle de Little Fox Lake n'est que l'une des nombreuses stations de mesure des contaminants dans le monde. Les données recueillies servent à l'élaboration du protocole de l'ONU sur les émissions. (AANDC)
La station de contrôle de Little Fox Lake n’est que l’une des nombreuses stations de mesure des contaminants dans le monde. Les données recueillies servent à l’élaboration du protocole de l’ONU sur les émissions. (AANDC)
Le Conseil des Premières nations du Yukon (CYFN) est désormais responsable d’un site au nord de Whitehorse contrôlant le niveau de mercure et d’autres contaminants dans l’air du territoire.

Situé à Little Fox Lake, ce site de surveillance est l’une des nombreuses infrastructures du genre aidant les Nations unies à déterminer sa politique en terme d’émissions dans l’air. « Si vous avez une bonne série de données solides, cela peut conduire à des actions nationales ou internationales », explique Bob Van Dijken, le directeur chargé des relations en lien avec le cercle polaire au CYFN.

Même si le niveau de mercure dans l’air a chuté au Yukon ces dernières années, « de nouveaux contaminants inquiétants commencent à arriver sous nos radars », indique Bob Van Dijken. « Nous sommes en train d’étudier leurs effets potentiels et leur persistance dans les écosystèmes », poursuit-il.

Le site de Little Fox Lake a été construit en 2007 dans le cadre du programme de lutte contre les contaminants dans le Nord. Il était géré jusqu’à présent par le ministère des Affaires autochtones et du développement du Nord canadien, en partenariat avec des groupes comme le CYFN.

DOSSIER –  Zone Yukon Actualités yukonnaises et couvertures spéciales. 

 

Share
Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *