Yukon: Les contribuables devront défrayer le nettoyage de la mine abandonnée Ketza

Share
Yukon. (iStock)
Yukon. (iStock)
Les gouvernements fédéral et du Yukon ont entamé les pourparlers entourant les coûts de restauration de la mine Ketza dans l’est du territoire, officiellement abandonnée par Veris Gold le 10 avril dernier.

Depuis, ce sont les inspecteurs du Yukon qui assurent l’entretien pour éviter que de l’arsenic ne se retrouve dans l’écosystème.

Le gouvernement territorial utilise pour l’entretien l’argent laissé par la minière en dépôt de garantie, mais les fonds risquent de ne pas être suffisants. Des 3,1 millions de dollars en dépôt initial, il ne reste que 1,9 million de dollars. Ce seront ensuite les contribuables canadiens qui devront assumer les frais de nettoyage du site puisque la mine a été créée avant le transfert  de cette responsabilité du fédéral au territoire en 2002.

Les dépôts de garantie financière correspondent aux coûts éventuels de la réparation, de l’entretien, de l’assainissement et de la fermeture des mines dont le Ministère aurait la responsabilité si les propriétaires des mines déclaraient faillite. Si une société minière assure l’assainissement et la fermeture appropriés de sa mine, la garantie financière perçue par le Ministère lui est rendue.
Source : Bureau du vérificateur général du Canada

Robert Thomson, directeur du contrôle de la conformité au ministère territorial Énergie, Mines et Ressources, savait depuis plusieurs mois que Veris Gold, placé sous Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies, était sur le point d’abandonner le site puisque la compagnie n’avait plus d’argent pour remplir les tâches d’entretien ni payer un employé.

« Il n’y avait aucun moyen de les arrêter. Ils n’avaient plus d’argent […] c’est un fait auquel nous étions confronté, un fait que nous anticipions mais que nous ne pouvions prévenir. »— Robert Thomson, directeur du contrôle de la conformité

Aucune loi n’empêche une minière d’abandonner un site.

Menace environnementale

Les inspecteurs du gouvernement du Yukon ont dû assumer rapidement l’entretien du site après qu’une fuite des eaux du bassin de résidus toxiques eut été remarquée dans la dernière année. Les inspecteurs s’assurent actuellement que toute l’eau contaminée à l’arsenic demeure dans le bassin malgré la fonte du printemps.

Lewis Rifkind de la Yukon Conservation Society croit qu’il est grand temps que les lois entourant la pratique des mines soient modifiées pour imposer aux minières un dépôt de garantie financière complet avant de commencer leurs opérations.

« Il est temps d’apprendre de cette longue histoire de privatiser les profits, mais laisser au public les risques et les frais de restauration. »— Lewis Rifkind, environnementaliste

Les coûts de restauration de lieux ne sont pas encore connus.

En complèment
DOSSIER –  Zone Yukon Actualités yukonnaises et couvertures spéciales.

 

Share
Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *