Osez l’aventure: Frédéric Dion largué au Yukon

Share
Osez l’aventure: Frédéric Dion largué au Yukon (Crédit photo : http://www.fredericdion.com/)
Osez l’aventure: Frédéric Dion largué au Yukon (Crédit photo : http://www.fredericdion.com/)

« Oui, je porte toujours ma ceinture scoute, j’ai avec moi un bateau gonflable de cinq livres (NDLR : un peu moins de trois kilos) et l’équivalent de matériel qui peut tenir dans une gourde soit un couteau, un mini kit de pêche, un mini kit de réparation, de la broche, du ruban adhésif, évidemment, et un filet pour contrer les moustiques.  »

Frédéric Dion

Frédéric Dion (fredericdion.com)
Frédéric Dion (fredericdion.com)

Il y a presque une dizaine de jours, l’aventurier, conférencier et ambassadeur de l’Association des scouts du Canada, Frédéric Dion a été largué quelque part au nord du Yukon, les yeux bandés, ignorant totalement sa position exacte sur le terrain, avec le strict minimum en matière d’équipement de survie et, avec comme mission, de retrouver la civilisation.

Pourquoi donc? Pour trois raisons en fait.

D’abord, comme il le dit lui-même, « pour faire tripper le scout en lui ». Il a fait du scoutisme durant huit ans au cours de sa jeunesse et la passion ne l’a jamais quitté.

Ensuite, conférencier oblige, pour amasser du matériel pour les conférences qu’il donne un peu partout quand il n’est pas à se pousser à l’extrême

Et enfin pour amasser des fonds pour Opération Enfant Soleil, une cause qui lui tient particulièrement à cœur. Son site web regorge d’informations sur ses aventures, ses conférences et il vous est possible d’y faire un don pour Opération Enfant soleil, l’organisme à but non lucratif qui amasse des fonds pour soutenir le développement d’une pédiatrie de qualité et contribuer à la réalisation de projets d’intervention sociale pour tous les enfants du Québec.

Pas mangé durant les trois premiers jours

Frédéric Dion s’est astreint à cette discipline spartiate pour d’une part, habituer son corps et son esprit à la situation extrême dans laquelle il avait choisi de se mettre et, d’autre part, pour établir une certaine routine de distance à parcourir quotidiennement.

Un porc-épic a été son premier repas dans la forêt boréale, qu’il aurait vraiment préféré avec du ketchup, m’a-t-il dit.

Quelque part à la frontière entre le Yukon et les Territoires du Nord-Ouest, Raymond Desmarteau a joint Frédéric Dion via téléphone satellitaire.

Voyez le largage de Frédéric Dion

Share
Raymond Desmarteau, Radio Canada International

Raymond Desmarteau, Radio Canada International

Pour d’autres nouvelles du Canada et d’ailleurs, visitez le site de Radio Canada International.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *