Les électeurs de Haines Junction veulent des ambulanciers à temps plein

Share
La municipalité de Haines Junction au pied des montagnes du parc Kluane à 200 km à l'ouest de Whitehorse au Yukon (CLAUDIANE SAMSON / RADIO-CANADA)
La municipalité de Haines Junction au pied des montagnes du parc Kluane à 200 km à l’ouest de Whitehorse au Yukon (CLAUDIANE SAMSON / RADIO-CANADA)
À deux semaines des élections au Yukon, le manque de services d’urgence en santé dans les communautés yukonnaises est une des grandes préoccupations des électeurs.
(Un texte de Geneviève Milord)
« Pendant l’été, les deux tiers du temps, personne n’est disponible pour assurer le service d’ambulance », dénonce Dave Weir, un ambulancier volontaire dans la petite municipalité de Haines Junction nichée au pied du parc Kluane, à 200 km à l’ouest de Whitehorse.

« Les gens ne réalisent pas toujours avant de faire le choix de s’installer à Haines Junction que s’il n’y a pas d’ambulancier volontaire disponible, le service devra venir de Whitehorse à deux heures de route », explique-t-il. « En santé, on parle souvent de l’heure critique [la première heure après un accident], et de l’importance d’agir promptement pour sauver des vies. Difficile d’y arriver ici », croit M. Weir.

Dave Weir, ambulancier volontaire à Haines Junction au Yukon (GENEVIÈVE MILORD / RADIO-CANADA)
Dave Weir, ambulancier volontaire à Haines Junction au Yukon (GENEVIÈVE MILORD / RADIO-CANADA)

Haines Junction, qui compte environ 800 résidents permanents, n’a pas d’hôpital et pas de médecin. Son unique clinique est dirigée par une ou deux infirmières appuyées par du personnel de soutien. Les infirmières n’ont pas l’autorisation de quitter la clinique pour aider un patient nécessitant des soins. C’est le travail d’une vingtaine d’ambulanciers volontaires formés pour cette mission, qui habitent la région de Haines Junction. Des volontaires payés qui ont également, pour la plupart, un emploi à temps plein.

Les petites communautés yukonnaises connaissent toutes cette même réalité.

Ambulancier volontaire
  • salaire pour être sur appel : 3,50 $/heure (40 $/12 heures)
  • salaire au travail : 25-30 $/heure
  • un appel : 5-6 heures de travail, en moyenne

David Weir, qui a pour sa part suivi une formation de charpentier, exhorte les candidats à l’élection territoriale à formuler un plan d’action pour instaurer un service d’urgence permanent et uniforme dans les communautés yukonnaises.

Si vous choisissez de prendre votre retraite à Haines Junction, vous avez le droit de savoir combien de temps ça prendra pour vous venir en aide si vous faites une crise cardiaque.

David Weir, ambulancier volontaire à Haines Junction

Gloria MacElheron, rencontrée à la caisse de l’unique station-service de Haines Junction, aurait voulu que le service d’ambulance en continu, instauré par le Parti du Yukon l’été dernier sous forme de projet pilote, devienne partie intégrante de la communauté. Le projet a été abandonné en septembre, car, selon le Parti du Yukon, qui occupait le pouvoir à la dissolution de la Chambre, celui-ci était « trop cher à offrir à Haines Junction ».

J’aimais savoir que les ambulanciers étaient disponibles en permanence, qu’ils étaient payés et qu’ils n’avaient pas passé la journée à faire leur autre travail à temps plein. Je veux savoir que celui qui prend soin de moi et m’amène chez l’infirmière ou le médecin est en état de conduire.

Gloria MacElheron, employée de la station-service de Haines Junction
Que disent les candidats?

La question a été soulevée lors d’un forum citoyen organisé par la Première Nation Champagne and Aishihik au centre culturel Da Ku mardi soir.

Le candidat sortant du Parti du Yukon, Wade Istchenko, a admis que le fait d’assurer un service d’ambulances à temps plein dans les petites communautés était un réel défi. « Nous n’avons pas le choix de nous en remettre au travail de volontaires payés », note-t-il.

La candidate libérale, Mathieya Alatini, a dit reconnaître la difficulté de recruter un nombre suffisant de volontaires pour assurer le service en tout temps. Selon elle, Haines Junction a besoin d’un service complet avec des employés. Elle suggère également l’idée de former les ambulanciers volontaires pour offrir des soins à domicile.

Sally Wright, la candidate néo-démocrate, est celle qui a le plus laissé entrevoir une possible évolution du dossier, indique l’ambulancier volontaire Dave Weir.

« Dans le premier mois après l’élection, nous trouverons la meilleure solution qui ira au-delà du modèle d’ambulanciers volontaires pour contrer l’exode des citoyens qui ne se sentent pas en sécurité », soutient la néo-démocrate. « On reçoit des millions de dollars du gouvernement fédéral et on ne peut même pas avoir deux infirmières en permanence, c’est inacceptable », ajoute-t-elle.

C’est difficile financièrement d’offrir beaucoup de temps au travail d’ambulancier volontaire, mais c’est une façon incroyable de servir sa communauté. Quand tu croises des gens sur la rue que tu as sauvés, c’est très gratifiant!

Dave Weir, ambulancier volontaire à Haines Junction
Share
Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *