Shoal Lake demande la contruction immédiate de «la route de la liberté» après une autre panne du traversier

Share
Erwin Redsky, le chef de la Première Nation de Shoal Lake. (Radio-Canada)
Erwin Redsky, le chef de la Première Nation de Shoal Lake. (Radio-Canada)
Le traversier qui relie la communauté de Shoal Lake au reste du monde est de nouveau tombé en panne vendredi.

Le chef de la communauté autochtone située sur une île artificielle dans le Nord-Ouest de l’Ontario demande aux gouvernements de commencer immédiatement la construction d’une route permanente.

Le traversier qui relie la communauté autochtone de Shoal Lake à la terre ferme est tombé en panne vendredi vers 11 h 30. Le bateau qui permet de transporter voitures et cargaisons allait chercher des résidents qui venaient d’aller faire leurs courses à l’épicerie, selon Linda Redsky, membre du conseil de bande.

Elle précise qu’environ 30 véhicules attendaient que le bateau vienne les chercher et sont restés plusieurs heures sur la rive.

Depuis plusieurs mois le traversier est le seul moyen pour les résidents de Shoal Lake de sortir et d’entrer dans la communauté qui se trouve sur une île artificielle à la frontière du Manitoba et de l’Ontario.

C’est comme ça à Shoal Lake. Nous sommes en mode survie à cette période de l’année. Erwin Redsky, chef de la Première Nation de Shoal Lake

Shoal Lake a été coupée de la terre ferme il y a 100 ans, lorsque Winnipeg a construit un canal de dérivation pour s’approvisionner en eau potable depuis la baie Indian, dans le lac Shoal.

La Première Nation est aussi confrontée à un avis d’ébullition de l’eau depuis 19 ans.

Pas encore de route de glace

Sans le traversier, la communauté est complètement isolée jusqu’à la création d’une route de glace qui restera en place jusqu’au printemps.

« Nous sommes toujours en crise à ce point-ci, dit le chef Erwin Redsky. Nous ne nous en sortirons pas tant que la glace ne sera pas assez sécuritaire. Nous allons travailler sur la route de glace immédiatement. »

Nous sommes tous à cran en ce moment, mais nous sommes une communauté qui se serre les coudes. Erwin Redsky, chef de la Première Nation de Shoal Lake

Il ajoute que les 700 membres de la communauté avaient été avertis vendredi que ce serait le dernier jour d’activité du traversier. Plusieurs avaient donc décidé de quitter Shoal Lake pour faire leurs provisions.

Réunion à Winnipeg

Lundi, Erwin Redsky doit rencontrer le maire de Winnipeg, Brian Bowman et des membres des gouvernements manitobain et canadien pour parler de la « route de la liberté ».

Il compte leur demander de commencer immédiatement la construction de cette route qui permettrait à la communauté d’être accessible toute l’année.

L’an dernier, les trois paliers de gouvernement ont promis 30 millions de dollars pour la construction de la route de 24 km qui doit relier Shoal Lake à la Transcanadienne.

Lorsque les progressistes-conservateurs sont arrivés au pouvoir au Manitoba, la situation a toutefois changé.

Le premier ministre, Brian Pallister compte toujours construire la route, mais la province et le fédéral renégocient le financement.

Les plans ont été approuvés au mois de novembre et une étude environnementale est en cours. Brian Pallister a affirmé que la construction commencerait en février prochain.

La construction urgente de la « route de la liberté »

Erwin Redsky dit toutefois que la Première Nation est déjà prête à commencer la construction de la portion pour laquelle elle est responsable.

Il demande au gouvernement fédéral de débloquer les fonds le plus vite possible.

Je pense que le temps des paroles et des promesses est terminé et qu’il faut passer à l’action. Erwin Redsky

Erwin Redsky espérait aussi que les Anciens de la communauté puissent participer à la rencontre, mais ne voulait pas qu’ils risquent leur vie en traversant après que le bateau soit tombé en panne.

Il croit que la construction de la route permettra d’éviter de nouvelles situations dangereuses comme celle-ci.

 

 

Share
Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *