« Le pire cas de braconnage au Yukon »

Share
Les agents de conservation de la faune ont procédé à une saisie au domicile de Jonathan Esor en octobre 2015. Photo : Mike Rudyk/Radio-Canada
La Cour territoriale du Yukon entend ces jours-ci la cause de Jonathan Ensor, poursuivi pour « le pire cas de braconnage », selon les autorités gouvernementales.

La saisie à son domicile près de Whitehorse en octobre 2015 par les agents de conservation de la faune avait trouvé les restants d’au moins six animaux et oiseaux différents, dont un bison, un wapiti, un mouflon de Dall, un caribou et un aigle.

Les agents ont déterminé qu’aucune de ces chasses, effectuées dans les deux dernières années au nord de la Colombie-Britannique et au Yukon, ne faisait l’objet d’un permis. L’accusé a plaidé coupable aux 16 accusations sous la Loi sur la faune du Yukon.

La Couronne a qualifié l’affaire « d’abus de la faune » alors que le braconnage s’est étiré sur une longue période et que chacune de ces chasses était planifiée pour éviter de se faire épingler.

Les procureurs demandent à la justice une peine de six mois de prison, une contravention de 15 000 $ et une interdiction de chasser de 20 ans. L’accusé considère la peine proposée trop sévère.

Le verdict est prévu la semaine prochaine.

D’après les informations de CBC

Share
Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *