Yukon : une application pour apprendre le tutchone du Sud

Share
yukon-application-apprendre-tutchone-sud
Nicole Smith croit que cette application mobile sera utile en classe auprès de ses élèves. (Claudiane Samson / Radio-Canada)
Au Yukon, la bande de Ta’an Kwach’an lance cette semaine une application sur mobile pour enseigner sa langue traditionnelle, le tutchone du Sud.

Le tutchone du Sud était parlé autrefois par plusieurs communautés autochtones du sud du territoire et comprend plusieurs dialectes.

Dans l’application, le dialecte Ta’an Kwach’an est enseigné par Irene Smith, une aînée décédée il y a cinq ans. Ses enregistrements ont été préservés par le Centre des langues autochtones du Yukon.

La petite-fille d’Irene Smith, l’enseignante Nicole Smith, s’est impliquée dans le projet de l’application. Les enregistrements lui sont particulièrement émouvants et significatifs. Elle souhaite que ses propres enfants et ses élèves puissent profiter de ce nouvel outil.

J’ai commencé à apprendre [le tutchone du Sud] il y a environ cinq ans. Bien que ma grand-mère et mon grand-père m’aient élevée, ils ne me parlaient pas dans la langue. […] Alors quand j’ai commencé à travailler sur ce projet et à entendre les enregistrements, c’était vraiment difficile.

Nicole Smith, petite-fille d’Irene Smith
Un avantage sur les cours en salle
yukon-application-apprendre-tutchone-du-sud-1
Loretta Jensen est ravie du projet d’application qui pourrait, croit-elle, profiter à d’autres Premières Nations. (Claudiane Samson / Radio-Canada)

Le Centre des langues autochtones estime qu’il existe entre 150 et 250 locuteurs du tutchone du Sud.

La langue est enseignée dans certaines écoles, mais la linguiste Loretta Jensen croit que l’application offre un avantage. « C’est une bonne idée parce qu’il y a beaucoup de répétitions avec l’application et quand nous parlons avec [un locuteur de la langue] c’est difficile de répéter encore une fois, encore une fois, encore une fois. »

La chef adjointe de la communauté de Ta’an Kwach’an, Michelle Telep, espère que cet outil sera populaire. « Mon souhait est que les citoyens et les autres commenceront à télécharger l’application et à l’utiliser, à converser entre eux et utiliser la langue dans leur vie. » Elle souhaite par ailleurs que d’autres bandes emboîtent le pas.

L’application, qui sera offerte gratuitement, a été développée par une entreprise de Winnipeg, Ogoki Learning. Il sera possible de l’utiliser sans connexion à l’internet.

Share
Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *