Le gouvernement du Canada traîné en justice pour le dossier du caribou forestier

Share
ottawa-traine-en-justice-pour-le-dossier-du-caribou-forestier
Le caribou a été désigné comme une espèce en péril, en 2012. (M. Bradley/Parcs Canada)
La Société pour la nature et les parcs du Canada (SNAP) intente une poursuite contre le gouvernement fédéral dans le dossier de la protection du caribou forestier.

L’organisme estime que la ministre fédérale de l’Environnement néglige ses responsabilités depuis que le caribou a été désigné comme une espèce en péril, en 2012, dans le cadre de la Loi sur les espèces en péril.

La SNAP croit que ni Québec ni Ottawa n’ont mis en place les mesures nécessaires pour identifier les portions d’habitats non protégées et les moyens de protection essentiels à la survie du caribou des bois.

Au rythme où il y a la destruction de l’habitat, où il y a le déclin de cette espèce, il y a une urgence d’agir.

Alain Branchaud, directeur général de la SNAP
La compagnie forestière Résolu réagit
 charity-group-sues-canadian-government-over-caribou-1
Un caribou forestier. (Garry Beaudry/British Columbia Forest Service/AP/PC/Archives)

De son côté, le porte-parole de Produits forestiers Résolu (PFR), Karl Blackburn, se dit peu surpris, mais déçu de l’attitude de la SNAP.

Il rappelle que Québec a instauré une table des partenaires en janvier dernier pour voir comment protéger le caribou des bois et les emplois dans les scieries. L’objectif est de produire un plan de protection qui atteindra les objectifs d’Ottawa d’ici l’automne.

« À ce moment-ci, à mon avis, il est prématuré de mettre quelque pression que ce soit au niveau judiciaire sur le gouvernement fédéral en sachant qu’il est déjà en étroite collaboration avec les provinces pour arriver à mettre en place un processus qui va respecter les grandes lignes du plan fédéral tout en respectant la réalité dans chaque province », explique M. Blackburn.

Il ajoute que plusieurs scientifiques soulèvent des questions possiblement liées à la survie du caribou forestier, par exemple l’impact du réchauffement climatique. Ces questions rendent le dossier particulièrement complexe et long à régler.

Le premier ministre du Québec reste de marbre
philippe-couillard-portrait_sn635
Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard. (Jonathan Hayward/La Presse Canadienne)

Interrogé sur la poursuite contre le gouvernement fédéral, le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, ne s’est pas montré ébranlé.

J’ai dit dès le début qu’on ne sacrifierait pas d’emploi pour le caribou forestier, je le redis aujourd’hui.

Philippe Couillard, premier ministre du Québec

Il trouve démesuré que l’industrie forestière soit la cible des environnementalistes alors qu’à son avis la majorité des animaux se trouvent au-dessus de la limite nordique d’exploitation forestière.

« Je suis très sensible au caribou forestier. Je suis encore plus sensible aux emplois forestiers, ça aussi c’est une espèce à protéger, le travailleur forestier et sa famille. Je suis certain qu’il y a moyen de concilier les activités économiques et la protection d’une espèce », a conclu le premier ministre.

D’après les renseignements de Gilles Munger

Reportage de Gilles Munger
Écoutez le reportage de Gilles Munger, journaliste à Radio-Canada, sur la poursuite intentée par La Société pour la nature et les parcs du Canada.

Share
Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *