Inhabit Media, la première et seule maison d’édition inuite au Canada

Share
inhabit-media-la-premiere-et-seule-maison-dedition-inuite-au-canada
Nadia Mike, Neil Christopher et Maren Vsetula d’Inhabit Media, à Iqaluit. (Stéphanie Dufresne/Radio-Canada)
Neil Christopher et Louise Flaherty ont fondé la première maison d’édition indépendante inuite au Nunavut, Inhabit Media. Passionnés par leur métier, leur coin de pays et son histoire, ils trouvaient important de donner à la culture nunavoise sa place dans la littérature canadienne actuelle.

L’initiative des deux anciens collègues et enseignants est partie d’un constat : le manque flagrant de livres sur la culture inuite ou de livres écrits en inuktitut. «On s’est rendu compte que la plupart des personnes qui racontaient des histoires du Nord y étaient venues que de passage, déplore Neil Christopher, seul fondateur présent lors de l’entrevue. Ce qu’ils y racontaient ne reflétait pas la réalité contemporaine d’ici.»

La maison d’édition s’est donc fixé comme objectif la préservation et la promotion du savoir et des valeurs inuites et de la langue inuktitut.
-Neil Christopher

La maison d’édition Inhabit Media publie des histoires et des contes qui reflètent le mode de vie des enfants du Nunavut. Bien que ceux-ci soient leur public cible, les livres d’Inhabit Media s’adressent à tous les jeunes du Canada et même maintenant à ceux des États-Unis. Pourtant, si elles étaient proposées à un éditeur plus au sud, certaines de leurs histoires ne seraient pas publiées, pense Neil Christopher. « Certains livres n’ont pas suffisamment de références marquantes quant à la culture inuite», explique-t-il.

D’après lui, l’image que projettent certains de leurs manuscrits ne correspond pas à l’idée que les gens plus au sud se font du Nord.

Ce sont des histoires authentiques entre une fille et sa mère par exemple, comme celle de l’auteure et éditrice Nadia Mike, qui pourraient se passer partout ailleurs, certes, mais qui, grâce aux couleurs locales, permet à ceux du coin de s’identifier. C’est des petits éléments plus subtils qui font une différence pour les jeunes Inuits, tient-il à souligner.

« Il ne s’agit pas d’histoires d’igloos ou de chiens de traîneau, mais de camions et de fêtes d’enfants comme partout ailleurs. […] Et si ça ne ressemble pas à l’image que vous vous faisiez du Nord, eh bien c’est que vous ne vous en faisiez pas la bonne image. »
– Neil Christopher, cofondateur de la maison d’édition Inhabit Media

De son côté, le folklore du Nunavut regorge de contes et de légendes. «Les enfants du Nunavut devraient, à l’école, en apprendre davantage sur les personnages mythiques de leur milieu, plutôt que l’histoire de Pinocchio ou celle de Cendrillon», continue Neil Christopher, qui ne se tarit plus.

Ces livres ne doivent pas nécessairement être écrits par des Inuits. Les auteurs doivent simplement être des résidents du Nord, peu importe leur origine. «S’ils y vivent depuis plusieurs années, on considère qu’ils peuvent dresser un portrait réaliste de notre environnement», ajoute l’éditeur. Les illustrateurs, quant à eux, sont souvent installés dans d’autres régions du pays, plus au sud.

Pour les tout-petits, les grands et les enseignants
inhabit-media-la-premiere-et-seule-maison-dedition-inuite-au-canada-2
Le livre «In Those Days: Arctic Crime and Punishment de Kenn Harper». (Inhabit Media)

La maison d’édition compte plus de 200 manuscrits à son actif. Bien qu’une majorité soit pour les enfants, Inhabit Media rassemble plusieurs tomes pour adultes et une diversité de manuels scolaires.

Un survol de la série de livres pour adultes permet de remarquer que les tomes offerts sont beaucoup plus éducatifs que récréatifs. Il s’agit de textes historiques, de récits et de légendes inuits, et de recueils sur la faune et la flore, des livres comme In Those Days : Arctic Crime and Punishment, de Kenn Harper, qui traite d’histoires non dites du Nord et du climat de terreur qui régnait pendant la colonisation.

À des fins éducatives, les instigateurs voulaient fournir aux étudiants du matériel scolaire qui s’inspire de leur mode de vie. Selon Neil Christopher, c’est important que les jeunes puissent s’identifier aux mises en situation de leurs manuels, que ce soit par l’imagerie ou par les sujets traités. La Nunavoise d’origine et le Nunavois d’adoption se sont fait un point d’honneur que les romans, les contes et les manuels d’écoles soient offerts en anglais, en inuktitut et parfois en français.

L’écho du Nord

L’effervescence qui entoure la compagnie confirme l’intérêt grandissant du peuple inuit, du Canada et des États-Unis quant à leurs publications. « L’histoire du Nunavut compose la culture du Canada tout comme celle de l’Amérique du Nord », rappelle l’éditeur, Christopher Neil.

Une de leurs fiertés : le livre Sweetest Kulu, de Celina Kalluk, qui s’est vu décerner le Prix du meilleur livre avant dodo par le Huffington Post. Inhabit Media est la seule maison d’édition canadienne à avoir figuré sur cette liste.

La compagnie travaille aussi avec la chaîne de télévision Aboriginal Peoples Television Network (APTN) afin de développer une émission éducative bilingue, en anglais et en inuktitut, pour les niveaux préscolaires. « On ne veut pas perdre notre vision de départ en s’embarquant dans de gros projets rapidement, donc on grandit lentement, souligne Christopher, mais on grandit sans aucun doute! »

Objectif atteint
inhabit-media-la-premiere-et-seule-maison-dedition-inuite-au-canada-1
Sweetest Kulu de Celina Kalluk. (Inhabit Media)

Récemment, alors que les fondateurs et auteurs Louise et Christopher étaient à une séance de signature, « les paroles d’une jeune fille inuite nous ont particulièrement marqués », raconte l’auteur. « Regarde, maman, c’est comme moi », a pointé une petite fille en ouvrant un de leur livre.

Ils souhaitaient que les jeunes puissent se reconnaître dans leur lecture et ils y sont parvenus. « Je pense que c’est le début de quelque chose de différent », conclut Christopher Neil.

Propos recueillis par Chloé Sondervorst, accompagnée de Stéphanie Dufresne.

Reportage réalisé dans le cadre de l’émission La route des 20, diffusée à la radio de Radio-Canada.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *