Les automobilistes du Yukon invités à ne plus s’arrêter pour observer les ours

Share
rci-ours-grizzly_sn635
Certains vont même jusqu’à sortir de leur voiture pour prendre un autoportrait ou lancer de la nourriture pour attirer l’ours plus près. (Jonathan Hayward/La Presse Canadienne)
Les autorités du Yukon et de la Première Nation Carcross-Tagish demandent aux automobilistes de poursuivre leur route quand ils aperçoivent des ours le long de la route Klondike Sud entre le village de Carcross et la frontière de l’Alaska.

L’observation des ours le long de cette route cause des maux de tête aux autorités depuis quelques années, les automobilistes ayant tendance à causer des embouteillages.

Certains vont même jusqu’à sortir de leur voiture pour prendre un autoportrait ou lancer de la nourriture pour attirer l’ours plus près, ce qui est fortement déconseillé.

L’an dernier, le sentier de randonnée de la piste Chilkoot, un site historique de Parcs Canada, a même dû être fermé en raison de la présence d’un ours dont le comportement laissait croire qu’il avait été accoutumé à de la nourriture humaine. La piste Chilkoot est située à quelques kilomètres de la route Klondike Sud.

Campagne de sensibilisation
yukon-ours-campagne
La campagne de sensibilisation vise à informer la population sur les règles de sécurité à adopter, mais également sur les valeurs que les Autochtones attribuent à l’animal. (Paul Tukker/Radio-Canada)

Une rencontre jeudi entre des agents de conservation du Yukon, de la Colombie-Britannique et des responsables de Parcs Canada, de la Première Nation Carcross-Tagish et de l’organisme Wildwise a permis de conclure un partenariat pour une campagne de sensibilisation qui comprendra la distribution de dépliants ainsi que des affiches explicatives le long des sentiers ou de la route.

« C’est un secteur touristique très fréquenté l’été et les gens apprécient vraiment voir des ours […], mais nous avons entendu ces deux dernières années dans le cadre de nos activités qu’il y a un problème dans la relation entre les humains et les ours dans ce secteur et [ce problème] est dû à l’accoutumance à la nourriture » affirme Heather Ashthorn, la directrice de l’organisme Wildwise Yukon.

Share
Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *