Que célèbre le Jour du Nunavut?

Share
nalliuniqsiutsiarit-bonne-fete-nunavut-1
Un inukshuk au Nunavut. Les inukshuks sont des amoncellements de pierres construits par les Inuits, et qui servent de repères dans la toundra. (Nathan Denette/La Presse canadienne)
Le 9 juillet est le Jour du Nunavut. On commémore à cette date l’adoption par le Parlement canadien de deux lois ayant mené à la création de ce territoire, en 1993. Le Nunavut a cependant dû attendre le 1er avril 1999 pour obtenir complètement son indépendance gouvernementale. Les archives de Radio-Canada proposent ici un portrait du plus grand territoire du Canada.

Au Téléjournal du 3 mai 1992, le journaliste Maxence Bilodeau présente un portrait du Nunavut et de ses habitants. On est alors à la veille du référendum qui va sceller l’avenir de ces Inuits du Canada.

→ Écoutez le reportage de Maxence Bilodeau, diffusé le 3 mai 1992 à la télévision de Radio-Canada.

À Pelly Bay, au nord du cercle polaire arctique, le journaliste s’entretient avec quelques Nunavummiuts. Tous voient d’un bon œil le projet de formation du Nunavut.

Aujourd’hui, les Inuits de Pelly Bay, comme ailleurs dans le Nord canadien, veulent maîtriser davantage leur destinée en cette ère moderne.

 Le journaliste Maxence Bilodeau
Une longue gestation pour le Nunavut

La création du Nunavut est l’aboutissement du plus important processus de revendication territoriale dans l’histoire du Canada. Lors du référendum du 5 novembre 1992, les électeurs se sont prononcés en faveur du tracé proposé par l’Accord sur les revendications territoriales du Nunavut.

Voici un rappel de quelques faits marquants pour ce territoire:

• Au cours de la Seconde Guerre mondiale et de la Guerre froide, les contacts entre Blancs et Inuits s’accentuent. Le Canada comme les États-Unis cherchent à affirmer leur souveraineté sur l’Arctique. La région est hautement stratégique pour la défense du continent nord-américain en raison de sa proximité avec l’Union soviétique. Bases de ravitaillement pour les avions de guerre, stations radars et météorologiques y voient le jour.

• À partir des années 1950, le gouvernement fédéral achemine de l’aide médicale aux Inuits et leur dispense des services scolaires. Il leur accorde le droit de vote en 1950. Les maisons préfabriquées remplacent peu à peu tentes et igloos. Les Inuits, peuple de nomades chasseurs, se sédentarisent. Mais ils demeurent pour l’heure des citoyens de seconde zone, bénéficiant des avantages du monde moderne au détriment de la sauvegarde de leur culture.

• L’Inuit Tapirisat du Canada (ITC), littéralement Unification des Inuits au sein du Canada, est fondée en 1971. L’association pancanadienne se donne notamment pour mandat la défense des droits des Inuits, la promotion de la culture inuite et la préservation de l’inuktitut.

• Depuis sa création, l’ITC a participé à de nombreuses négociations ayant trait aux revendications territoriales du Nunavut, du Nunavik (Québec), d’Inuvialuit (T.N.-O) et du Labrador (Terre-Neuve). En 2001, l’ITC a été rebaptisée Inuit Tapirisat Kanatami (Les Inuits réunifiés au sein du Canada).

nalliuniqsiutsiarit-bonne-fete-nunavut
Des danseurs inuits pendant une cérémonie pour marquer la création du Nunavut, à Iqaluit, le 1er avril 1999. (Shaun Best/Archives/La Presse canadienne)

• Le 1er avril 1999, un troisième territoire nordique s’ajoute au Yukon et aux Territoires du Nord-Ouest : le Nunavut. C’est l’aboutissement d’une longue lutte pour l’autonomie gouvernementale des Inuits. La Confédération canadienne n’avait pas connu un tel changement de ses frontières depuis 50 ans, avec la création de Terre-Neuve. Issu de la moitié est des T.N.-O., et incluant la plupart des îles de l’Arctique, le Nunavut est peuplé d’Inuits à 85 %.

• Le Nunavut est un vaste territoire de plus de 2 millions de kilomètres carrés, soit un cinquième du Canada. Avec ses 35 000 habitants, le dernier-né de la Confédération connaît la plus faible densité démographique du pays. Le taux de natalité y est cependant trois fois plus élevé que dans le reste du Canada.

• Un inuksuk (ou inukshuk) de couleur rouge orne le drapeau du Nunavut. Le rouge rappelle le Canada. L’inuksuk, qui signifie « à l’image d’un homme », est un amoncellement de pierres construit par les Inuits, qui sert de repère dans la toundra. Il peut notamment identifier des lieux sacrés. L’étoile représente l’étoile Polaire, symbole du leadership des aînés au sein de la communauté nunavummiute. Les couleurs bleu et or expriment les richesses de la terre, de la mer et du ciel.

Share
Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *