Nord du Manitoba: Des chefs autochtones veulent la fin du monopole des compagnies aériennes

Share
nord-du-manitoba-des-chefs-autochtones-veulent-mettre-fin-au-monopole-des-compagnies-aeriennes
Un avion de la compagnie Perimeter Aviation en train d’être chargé de nourriture et de fournitures qui seront transportées à Shamattawa, dans le nord du Manitoba. (Jill Coubrough/Radio-Canada)
Des représentants de 30 communautés des Premières Nations du nord du Manitoba songent à mettre fin au quasi-monopole des compagnies aériennes Perimeter Aviation et Calm Air dans le nord de la province en raison, selon eux, de la piètre qualité de leurs services.

Les chefs des Premières Nations du nord du Manitoba ont discuté de la possibilité d’établir des partenariats avec d’autres compagnies aériennes gérées par des membres des Premières Nations mercredi, lors de l’assemblée générale annuelle de l’Assemblée des chefs du Manitoba.

Dans un communiqué publié jeudi soir, le regroupement de Premières Nations Manitoba Keewatinowi Okimakanak (MKO) dit avoir eu des discussions en ce sens et vouloir approcher des compagnies aériennes telles que la Missinippi Airways, propriété de la Première Nation de Mathias Colomb Cree.

Pour ce faire, le MKO veut élaborer un cadre légal qui serait utilisé entre les compagnies aériennes souhaitant exercer dans la région, ainsi qu’avec Calm Air et Perimeter, toutes deux détenues par la compagnie Exchange Income Corporation.

« Les inconvénients importants subis par les passagers et le manque d’information fournie au MKO et aux Premières Nations du MKO ont soulevé des questions sur l’engagement du MKO et des Premières Nations du MKO à soutenir exclusivement Perimeter Aviation et Calm Air », peut-on lire dans le document.

Des vols retardés
nord-du-manitoba-des-chefs-autochtones-veulent-mettre-fin-au-monopole-des-compagnies-aeriennes-1
Sheila North Wilson est la grande chef du regroupement Manitoba Keewatinowi Okimakanak (MKO). (Radio-Canada)

En effet, en décembre dernier, la grande chef Sheila North Wilson a demandé des excuses de la part de la compagnie aérienne, après que de nombreux vols eurent été retardés. Cette interruption avait alors fait en sorte qu’une centaine de personnes avaient dû manquer ou annuler des rendez-vous médicaux.

La compagnie aérienne avait alors attribué les annulations aux mauvaises conditions météorologiques et à la décision, jugée mauvaise, de profiter des retards engendrés par le mauvais temps pour effectuer des inspections de routine.

Wayne Colon, un habitant d’Oxford House, dans le nord du Manitoba, a eu à subir les problèmes de transports dans sa communauté. « Le service s’est beaucoup détérioré dans notre communauté, affirme l’homme qui dit utiliser les services de Perimeter au moins une fois par mois. Il y a continuellement des retards et des problèmes de surréservations. »

« [Les employés de la compagnie] font ce qu’ils veulent, ils changent les tarifs, ils changent les horaires quand ils le veulent. Il ne viennent pas dans les communautés demander aux gens s’ils sont d’accord, ou au moins les informer des raisons de l’augmentation des tarifs aériens ou du changement soudain de l’horaire. »

Au cours du dernier mois et demi, ils ne pouvaient pas fermer les portes des avions à Oxford House. La porte arrière où on met les sacs et tout […] Ils ont dû faire venir un autre avion pour venir chercher les passagers.

 Wayne Colon, résident d’Oxford House

Wayne Colon dit accueillir favorablement l’idée d’avoir de la compétition dans les communautés du Nord parce que, selon lui, cela pourrait améliorer la qualité du service.

Réaction de Perimeter Aviation

Joint à la suite des critiques de Wayne Colon, bien avant la déclaration écrite du MKO, le vice-président de la compagnie Perimeter Aviation, Carlos Castillo, explique que, depuis 2006, l’entente entre sa compagnie et les Premières Nations a permis d’injecter des millions de dollars dans les communautés grâce à différents rabais et à leur participation à des projets de développement économique.

En vertu de ces ententes, même si nous sommes la compagnie aérienne de choix pour chaque communauté, il est important de souligner que, conformément à la réglementation fédérale, aucune compagnie aérienne ou aucun tiers ne peut être se voir interdire d’offrir un service ou de voler dans un aéroport public au Canada.

 Carlos Castillo. vice-président de Perimeter Aviation

Les chefs des Premières Nations du MKO prévoient de se réunir de nouveau à une date encore indéterminée pour discuter de leurs options, notamment l’expansion des services aériens appartenant aux Premières Nations ou des services aériens fournis en partenariat avec les Premières Nations.

Share
Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *