Découverte au Yukon de fossiles de chats assez gros pour s’attaquer aux mammouths

Share
Le chat des cavernes, ou machairodonte, était le plus grand félin de l’époque glaciaire. (Gouvernement du Yukon)
Une nouvelle recherche internationale permet d’établir qu’une seule et même famille de chat des cavernes, ou machairodonte, habitait l’Eurasie et l’Amérique du Nord à l’époque glaciaire.

La recherche, parue dans la revue scientifique Current Biology, a été faite à partir d’échantillons retrouvés dans plusieurs régions, y compris deux fossiles provenant de concessions minières du Yukon. Le territoire faisait partie à l’époque glaciaire de la région de la Béringie.

Le paléontologue du gouvernement du Yukon, Grant Zazula, affirme que cette recherche permet d’en apprendre un peu plus sur cet animal méconnu, notamment qu’il a vécu jusqu’à il y a environ 28 000 ans, alors qu’on croyait plutôt à une extinction il y a 200 000 ans.

Un chat de 200 kg

Le chat des cavernes pesait environ 200 kg, avait les membres arrière courts et ceux de devant plus longs, ce qui lui permettait de mieux bondir, et vivait probablement en meute. Ils pouvaient chasser de grandes proies comme le mammouth.

« Le cougar d’aujourd’hui est l’équivalent d’un chat de maison comparativement au machairodonte », affirme Grant Zazula d’un ton amusé.

C’était un prédateur terrifiant. […] Vous pouvez imaginer cet animal pourchassant les animaux de la Béringie avec essentiellement des couteaux à steak lui sortant de la mâchoire.

– Grant Zazula, paléontologue

Le spécialiste affirme que les experts ne s’entendent pas toutefois sur la raison pour laquelle les crocs du chat des cavernes étaient en dents de scie, mais que, chose certaine, il s’agissait d’un avantage certain comme prédateur. Aujourd’hui, poursuit Grant Zazula, seul le dragon de Komodo en possède.

Un prédateur contemporain aux humains

Le paléontologue affirme qu’il est rare de trouver des os de machairodonte et que cette nouvelle étude permet de croire que les humains ont probablement évolué aux côtés de ce prédateur à un moment donné.

« Il semble y avoir, pour plusieurs espèces animales de l’ère glaciaire, une corrélation directe entre l’apparition de l’humain et l’extinction des animaux. » Dans ce cas-ci, toutefois, les humains ont visiblement vécu pendant des millénaires avec la menace du chat des cavernes pesant sur eux.

Share
Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *