Nunavik : la Société Makivik renoue avec son fondateur

Share
Charlie Watt (à droite) est accompagné des sénateurs Murray Sinclair (au centre) et Peter Harder (à gauche). (Adrian Wyld/The Canadian Press)
Un des acteurs majeurs de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois, Charlie Watt, est de retour à la tête de la Société Makivik.

Makivik, qui en inuktitut signifie « s’élever », a été fondée en juin 1978. C’est l’institution inuite la plus puissante et la plus prestigieuse du Nunavik. Son mandat est large. Il consiste « à protéger les droits, les intérêts et les compensations financières découlant de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois (CBJNQ) signée en 1975 ».

Makivik a également la responsabilité de gérer, au nom des Inuits, l’Accord sur les revendications territoriales des Inuits du Nunavik, qui est entré en vigueur en 2008.

« C’est un grand honneur de revenir à la Société Makivik à ce moment-ci », a affirmé M. Watt.

L’année 2018 revêt une grande importance, puisque la Société Makivik célébrera son 40e anniversaire. Je me réjouis à la perspective de parler de la fondation de l’organisme d’un point de vue personnel et de montrer tous les progrès qu’ont accomplis les Inuits au cours des quatre dernières décennies.

– Charlie Watt

La Société Makivik avait commencé, dès sa fondation, à développer son expertise dans le domaine de l’aviation avec la création de la compagnie aérienne Air Inuit.

« Makivik se concentrera sur des questions étroitement liées à nos droits ancestraux, y compris le droit à l’autodétermination », a aussi précisé Charlie Watt.

M. Watt est également sénateur. Il a été nommé à la Chambre haute du Parlement par Pierre Elliott Trudeau le 16 janvier 1984. Depuis son élection à la présidence de la Société Makivik, il a entamé le processus pour quitter le Sénat.

À lire aussi :

Une étude démontre les inégalités entre Autochtones, Inuits et non-Autochtones au Québec, Radio Canada International

Le défunt programme de l’ancien joueur de hockey Joé Juneau au Nord-du-Québec « mérite de continuer », selon une étude, Radio-Canada

Le grand silence du Grand Nord, Dossier d’Émilie Dubreuil, Radio-Canada

Share
Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *