Le verdict de culpabilité dans une affaire de meurtre d’une jeune Inuite pourra-t-il restaurer la confiance envers le système de justice canadien?

Share
L’avocat de la Couronne Dennis Galiatsatos (ici en 2016) soutient que le verdict de culpabilité rendu cette semaine dans la mort de Nellie Angutiguluk est le résultat de la mobilisation de la police et des efforts de la Couronne. (Paul Chiasson /La Presse Canadienne)

 

Un avocat de la Couronne espère que le verdict de culpabilité relatif au meurtre d’une jeune mère inuite aidera à rétablir la confiance des communautés autochtones envers le système de justice.

« Plusieurs communautés ont ressenti de l’abandon et de la méfiance envers le système de justice canadien. J’ose espérer que ce cas leur redonnera un peu d’espoir », a déclaré l’avocat de la Couronne Dennis Galiatsatos au journaliste de CBC Montréal, Elias Abboud. « Ce n’est pas tant le résultat que l’effort qui a été mis par le corps policier et les bureaux de la Couronne. Cela leur démontre qu’il y a de l’espoir et que le système fonctionne. »

Kwasi Benjamin a été déclaré coupable, mercredi, du meurtre au deuxième degré de sa conjointe de 29 ans Nellie Angutiguluk.

Pendant six semaines, le jury de Montréal a entendu les témoignages sur la relation violente entre Benjamin et Angutiguluk, qui est originaire de la région inuite du Nunavik, située dans le Nord du Québec.

Code criminel canadien : meurtre du second degré

Au Canada, un meurtre au second degré, c’est un meurtre qui a été commis intentionnellement sans avoir été planifié et préparé.

Code criminel du Canada 

Une mort mystérieuse
Nellie Angutiguluk est originaire de la communauté de Puvirnituq, dans le nord du Québec. (CBC)

Angutiguluk a été retrouvée sans vie dans l’appartement où elle vivait avec Benjamin en mai 2015. L’avocat de la défense Paul Skolnik prétendait qu’Angutiguluk aurait peut-être commis un suicide, alors qu’un rapport paru dans un journal parle d’une autopsie avec des signes de strangulation par ligature.

Skolnik a dit mercredi être déçu par le verdict et a déclaré à CBC News Montreal qu’il allait « étudier le dossier pour voir s’il y avait une possibilité d’appel ».

Les recommandations des avocats sur la sentence débuteront au mois d’avril, selon ce qu’ont rapporté les médias.

 

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *