[DOSSIER SPÉCIAL] Le tourisme dans l’Arctique à l’ère d’Instagram

Share
Vue sur la péninsule de Snæfellsnes depuis la route Arnarstapi Hellnar, dans le sud-ouest de l’Islande. (Eilís Quinn/Eye on the Arctic)
Quand on parle du développement économique de l’Arctique, l’extraction des ressources naturelles est l’une des premières choses qui viennent à l’esprit. Les régions nordiques et les chambres de commerce veulent changer cette perception en faisant de plus en plus la promotion du tourisme comme outil économique incontournable.

Elles font valoir que cette industrie crée des emplois pour tous les niveaux d’éducation, encourage l’entrepreneuriat à petite échelle et met en avant les cultures locales. Et aussi qu’elle favorise le développement durable, inexistant dans de nombreuses régions du Nord, que ce soit dans les communautés autochtones éloignées de l’Arctique canadien et du Groenland, ou dans les villages de Laponie finlandaise et du nord de la Russie.

Mais le tourisme est loin d’être l’industrie inoffensive que l’on a toujours connue.

L’Islande l’a vite compris, le tourisme de masse dans le Nord peut avoir des impacts sociaux et environnementaux aussi profonds que ceux des industries minières ou de forage.

Et pourtant, les gouvernements qui se sont succédé n’ont rien fait pour s’y préparer. Ce sont plutôt des phénomènes comme Instagram et Justin Bieber qui ont, sans faire exprès, imposé à leur place la majeure partie de la planification touristique de l’Islande.

Aujourd’hui, tout le monde n’est pas convaincu d’être satisfait des résultats.

Pour en savoir plus, Eilís Quinn, de Regard sur l’Arctique, a parcouru l’Islande : le long de la célèbre route touristique du Cercle d’or près de Reykjavik, jusque dans les localités agricoles éloignées du sud-ouest et dans les villages de pêche agonisants de l’Arctique. Elle est allée mesurer l’impact du tourisme sur ces régions, celles que cette industrie a aidées à se relever, et celles qui en souffrent. Mais aussi toutes les leçons que d’autres régions circumpolaires peuvent tirer de l’expérience islandaise.

Share
Eilís Quinn, Regard sur l'Arctique

Eilís Quinn, Regard sur l'Arctique

Eilís Quinn est journaliste responsable du site Regard sur l'Arctique/Eye On The Arctic, une coproduction circumpolaire de Radio Canada International. En plus des nouvelles quotidiennes et de son blogue, Eilís produit des documentaires et des séries multimédias. Elle s'intéresse notamment aux problèmes auxquels font face les peuples autochtones dans l'Arctique. Son documentaire « Bridging the Divide » a été finaliste aux Webby Awards 2012. Son travail en tant que journaliste au Canada et aux États-Unis et comme animatrice pour la série de Worldwide Discovery/BBC intitulée « Best in China » l'a menée dans certaines des régions les plus froides du monde telles que les montagnes tibétaines, le Groenland, l'Arctique russe, le Yukon, le Nunavut et le Nunavik.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *