La Conférence des premiers ministres de l’Ouest canadien discute des relations avec les Autochtones du Nord

Share
Le Nunavut, la Saskatchewan, la Colombie-Britannique, les Territoires du Nord-Ouest, le Manitoba, l’Alberta et le Yukon à la table de la Conférence des premiers ministres de l’Ouest. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)
Les discussions des premiers ministres de l’Ouest canadien mercredi dans la ville nordique de Yellowknife, dans les Territoires du Nord-Ouest, entourant les relations avec les Autochtones auront permis d’établir un appui pour les territoires du Nord.

Le premier ministre des Territoires du Nord-Ouest, Robert McLeod, a abordé la question de la réconciliation avec ses homologues de l’Ouest à titre d’hôte de la Conférence des premiers ministres de l’Ouest.

Le sujet a fait partie d’une longue liste de discussions abordées au cours des deux jours tels que les relations avec le fédéral, l’assurance médicaments, la légalisation du cannabis, le commerce international ou les infrastructures.

Les projets du fédéral encore flous

La discussion sur les relations avec les Premières Nations survient alors que le gouvernement fédéral s’est engagé à revoir le cadre de ses programmes.

Les détails de la nouvelle politique à venir ne sont toutefois pas encore connus et les premiers ministres tiennent à ce que les différences régionales soient prises en compte.

Le premier ministre des Territoires du Nord-Ouest, Robert McLeod, affirme que les provinces et les territoires dispensent également ces programmes et doivent faire partie de la discussion.

« Il nous faut mieux comprendre ce qu’est la vision du gouvernement fédéral et des gouvernements autochtones pour pouvoir travailler ensemble et de notre côté faire partie du processus. »

Le territoire nordique du Yukon sous des ententes de revendications modernes

Au Yukon, 11 des 14 conseils des Premières Nations constituent des gouvernements autonomes, représentant, dit le vice-premier ministre Ranj Pillai, plus de la moitié des ententes de revendications territoriales modernes au pays.

Bien que nous saluions les efforts vers la réconciliation, nous demeurons prudents afin de nous assurer que ce qui vient ne déstabilisera pas ou ne minera pas le travail accompli et le succès des 25 dernières années.

Ranj Pillai, vice-premier ministre du Yukon
Le territoire du Nunavut unique

Au Nunavut, dont 85 % des habitants sont Inuits, la question de la réconciliation est importante, dit le premier ministre, Paul Quassa.

« La chose la plus importante à laquelle nous travaillons est de mettre en oeuvre ce qui a déjà été signé, l’Accord du Nunavut, mais certainement nous soutenons la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones et souhaitons y donner toute la valeur possible dans notre territoire. »

La Conférence des premiers ministres de l’Ouest a permis, selon les représentants, d’obtenir des appuis de leurs homologues sur la plupart des dossiers malgré le grand litige sur le pipeline Trans Mountain (liant les raffineries de la province de l’Alberta à l’océan Pacifique à travers la province de la Colombie-Britannique), qui a fait ombrage aux discussions.

Share
Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *