Deux accords internationaux pour protéger le saumon atlantique

Share
Depuis des décennies, l’état des populations de saumon atlantique est source de préoccupations. (Robert F. Bukaty/La Presse canadienne)
Deux nouvelles ententes sur la conservation du saumon de l’Atlantique, conclues cette semaine avec le Groenland et les îles Féroé, permettront de sauver des milliers de poissons, selon le président de la Fédération québécoise pour le saumon atlantique, Jean Boudreault.

Ces ententes, d’une durée de 12 ans, interdiront aux pêcheurs commerciaux de déployer leurs filets dans les eaux, au large du Groenland et des îles Féroé. Les saumons qui frayent dans les rivières du Québec (province de l’est du Canada) s’alimentent dans ce secteur.

La pêche commerciale dans ces eaux était considérée comme une des raisons de la diminution des saumons dans les rivières du Québec.

En entrevue à l’émission radio Boréale 138, Jean Boudreault a affirmé que cette entente aura un impact sur la productivité des rivières à saumon du Québec.

« On va sauver entre 3000 et 5000 saumons. Donc, on peut présumer que ça va nous permettre d’avoir plus de saumons dans nos rivières, c’est sûr. Il va y avoir des bénéfices concrets à cette démarche-là. »

Jean Boudreault, président de la Fédération québécoise pour le saumon atlantique

Jean Boudreault explique que le cycle de reproduction du saumon dure cinq ans. Cette entente de 12 ans permettra donc de protéger un peu plus de deux cycles de reproduction, selon lui.

Avec les informations de William Phénix

Share
Émile Duchesne, Radio-Canada

Émile Duchesne, Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *